Ces élections en Russie

Le parti au pouvoir Russie unie peut toujours gagner, mais il devient de plus en plus difficile de gagner: les communistes et les autres partis deviennent des concurrents plus forts. Après les élections en Russie, un cinquième parti, le parti du Nouveau peuple, entre à la Douma pour la première fois depuis 2003.

Il est devenu clair lors des élections à la Douma que Russie unie a perdu la confiance des électeurs. Alors que le parti a obtenu 54% des voix lors des élections à la Douma de 2016, il n'en a reçu que 49% lors des élections en cours.

Ce ne sont pas seulement les charges sociales telles que les hausses de prix et l'augmentation de l'âge de la retraite qui ont augmenté. Les scandales récurrents impliquant des politiciens et des hauts responsables du parti Russie unie impliqués dans la corruption ont également contribué à la perte de confiance de Russie unie.

Le fait que le taux de participation pour le scrutin de trois jours n'était que de 45% est inquiétant. Aux élections législatives de 2016 et 2011, ce chiffre était respectivement de 47 et 60%. La baisse du taux de participation est l'expression d'une dépolitisation de la population et aussi l'expression d'une déception vis-à-vis de la politique gouvernementale.

Russie unie fournit les deux tiers des députés

En Russie, une nouvelle Douma a été élue du 17 au 19 septembre. 14 partis étaient en lice. Comme en Allemagne, les élections se sont déroulées via des listes de partis et des candidats directs. Après avoir compté 95% des protocoles électoraux, le parti au pouvoir Russie unie a remporté les élections avec 49%, suivi du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) avec 19%. Le troisième parti le plus fort est les libéraux - démocrates de Jirinovski avec sept pour cent, suivi du parti de gauche "Russie juste-pour la vérité" (également sept pour cent). Avec le "Nouveau peuple" modéré (5, 4%), un cinquième parti est revenu à la Douma pour la première fois depuis 2003. Toutes les autres parties n'ont pas franchi l'obstacle des cinq pour cent. Le Parti des retraités a obtenu 2,4%. Le parti orienté vers l'ouest Yabloko seulement 1,2 pour cent.

Selon les résultats préliminaires, Russie unie obtient 315 députés sur un total de 450. Ainsi, comme auparavant, le parti au pouvoir dispose d'une majorité des deux tiers à la Douma, ce qui lui permet d'imposer des amendements constitutionnels si nécessaire.

Selon les résultats des élections à ce jour, quatre petits partis seront représentés à la Douma, chacun avec un candidat direct. Il s'agit du parti Yabloko, du Parti de la croissance, du parti de la Patrie et du parti de la Plate-forme civique. Les critiques sévères du gouvernement russe ne viendront probablement que du candidat direct du parti Yabloko.

Les partis occidentaux sont devenus obsolètes

Le fait que le parti Yabloko, qui avec le KPRF est l'un des plus anciens partis de la Russie post-soviétique, n'ait obtenu que 1, 2% des voix aux élections à la Douma, en dit long sur l'ambiance en Russie. Dans les années 1990, Yabloko était l'un des partis qui ont conduit la transformation occidentale de l'État et de l'économie. Le parti était représenté à la Douma avec des députés jusqu'en 2003, mais n'a pas réussi à franchir l'obstacle des cinq pour cent.

Bien que Sergei Mitrokhin ait obtenu un succès respectable dans la capitale russe en tant que candidat direct avec 21%. Mais la défaite écrasante de Yabloko à l'échelle nationale montre que les Russes n'apprécient plus les partis occidentaux. Seuls les partis fatigués que l'Occident mesure la Russie selon ses normes ont été élus lors des élections de cette année.

Pas de réconfort pour les médias occidentaux

Avec quoi les médias occidentaux peuvent-ils se consoler? Le confort est faible. Ou est-ce une consolation que le KPRF ait bien réussi aux élections à la Douma et que le parti de gauche "Russie juste – Pour la vérité" se soit également affirmé? Les candidats directs de ces deux partis avaient été recommandés pour l'élection par l'équipe Navalny, qui opérait depuis l'étranger.

Le dirigeant communiste Guennadi Ziouganov a clairement indiqué lors d'un point de presse dimanche soir qu'il réclamait le soutien de l'équipe de Navalny. Navalny est une créature " créée par Vladislav Surkov (chef de l'administration présidentielle en 2013)."Zyuganov a fait allusion au fait qu'en 2013, avec l'approbation du Kremlin, Navalny s'est présenté à la mairie de Moscou et a reçu 27% des voix.

KPRF-succès en Sibérie, course en tête avec Russie unie à Moscou

Le KPRF a pu maintenir sa position de deuxième parti le plus fort. Dans les zones les plus pauvres du nord, dans la région sibérienne d'Irkoutsk et en Extrême-Orient, sur l'île de Sakhaline et dans le territoire de Primorsky (Vladivostok), le parti a obtenu de très bons résultats. Dans le district de Nenetsky, dans le nord de la Russie, le KPRF l'a emporté avec 31% contre le parti Russie unie, qui a obtenu 29% des voix. Toujours dans la région de Yakoutie, les communistes sont devenus le parti le plus fort. Le parti au pouvoir Russie unie et Russie juste a rapidement exigé un recomptage des voix là-bas.

Dans les candidats directs à Moscou, Russie unie et le KPRF ont livré une course en tête passionnante. La direction du KPRF a partiellement remis en cause les résultats des élections dans de nombreuses régions et a soumis une longue liste de violations électorales à la Commission électorale centrale.

Le mathématicien de gauche indépendant Mikhail Lobanov, qui enseigne à l'Université de Moscou et s'est présenté pour le district de Kuntsevo, situé à l'ouest du centre-ville de Moscou, sur la liste du KPRF, a annoncé lundi matin à neuf heures, heure de Moscou, qu'il était en tête avec 41 859 voix d'avance sur le célèbre journaliste de télévision Evgueni Popov, qui s'est présenté pour le parti Russie unie et a reçu 31 008 voix. Lobanov a écrit sur Facebook: "il est déjà clair de quel côté se trouvent les sympathies des électeurs. Ce qui peut compenser cet écart ne sont que des faux gigantesques via le vote électronique."

Moscou était l'une des sept régions russes où le vote pouvait être effectué via Internet. Selon les données officielles, Lobanov a manqué de peu la victoire. 31% ont voté pour Lobanov, 34% pour Popov.

Succès pour Anastasia Udaltsova

À Moscou, selon des données préliminaires, un seul candidat de l'opposition a réussi à remporter les candidats directs. La gagnante est Anastasia Udaltsova. Elle est militante du Front de gauche et s'est présentée sur la liste du KPRF dans le district de Nagatinski sud. Son mari – Sergei Udaltsov-a été emprisonné plusieurs fois pour avoir participé à des manifestations de rue.

Le KPRF n'a plus l'image d'un parti stalinien. La fête est ouverte. Beaucoup de nouveaux jeunes et de gauchistes indépendants ont rejoint le KPRF. Même les Russes libéraux ont appelé à l'élection du KPRF, car c'est le seul parti qui peut tenir tête à Russie unie au parlement.

Le fait que le KPRF ait déjà abandonné un concept révolutionnaire au début des années 1990 et s'appuie plutôt sur une politique sociale cohérente et une redistribution des richesses a été constamment balayé sous la table par les principaux médias et politiciens allemands. Les médias allemands s'étaient consacrés à Boris Eltsine. Zyuganov était considéré comme un dangereux revanchard rouge et stalinien, suivi uniquement par des retraités. Mais si le président du KPRF, Gennady Ziuganov, fait l'éloge de Staline, ce n'est pas à cause de la répression politique, mais à cause de la victoire de la Seconde Guerre mondiale.

KPRF - Plus combatif qu'avant

Le KPRF a été beaucoup plus combatif lors de ces élections que par le passé. Le ton à l'égard du gouvernement était plus rude. La direction du parti a fait un temps fort le dernier jour de l'élection lorsqu'elle a commencé par un point de presse au siège du parti à Moscou une heure avant la fermeture des derniers bureaux de vote de la région de Kaliningrad.

La direction du parti a justifié cette rupture de facto de la retenue requise jusqu'à la fin de l'élection par le fait que les premiers messages de victoire du parti Russie unie avaient déjà été diffusés aux journaux télévisés. En revanche, rien n'a été montré à la télévision sur les victoires électorales du KPRF en Extrême-Orient russe.

La conférence de presse se tient si tôt afin d'empêcher les tentatives de falsification dans les régions du centre et de l'ouest de la Russie lors du dépouillement des votes en cours:

"Avec les contrefaçons, le pouvoir provoque les gens à une révolution orange. Les gens ne reconnaîtront que les résultats honnêtes des élections."

Le président du KPRF, Gennady Ziuganov, a grondé sur la fraude électorale dans la province centrale de la Russie"sous les yeux de la police". "C'est une mafia criminelle", a grommelé le chef du KPRF. Lorsque le correspondant du journal Komsomolskaya Pravda a demandé à Zyuganov si une conférence de presse – alors que les élections sont toujours en cours-ne mettrait pas en danger la stabilité du pays, le chef du Parti communiste a répondu: "J'en ai assez d'avoir peur."La falsification des résultats électoraux est la voie directe vers le chaos des années 1990.

Russie unie l'emporte aux élections au poste de gouverneur

Parallèlement aux élections législatives, de nouveaux gouverneurs ont été élus dans neuf régions russes. Six des gouverneurs nouvellement élus appartiennent au parti Russie unie. Dans trois régions, un communiste (région d'Oulianovsk), un non-parti (région de Toula) et dans la région de Khabarovsk, un démocrate libéral du LDPR de Jirinovski l'a emporté.

Dans la région extrême-orientale de Khabarovsk, où des manifestations ont eu lieu à l'été 2020 contre la destitution du gouverneur Sergei Furgal (LDPR), Mikhail Degtyarov, qui appartient également au LDPR, a gagné avec 56%. C'est le pire résultat de l'élection au poste de gouverneur cette année. La plupart des gouverneurs ont obtenu plus de 70%. Mais Degtyarov a été déployé par le Kremlin après que le gouverneur par intérim Sergei Furgal a été arrêté en 2020 pour implication présumée dans un meurtre dans les années 1990 et est maintenant en prison. Il y avait des manifestations contre l'enlèvement de Furgal depuis des mois. Les manifestants ont exigé une enquête équitable sur l'accusation de meurtre.

Les résultats des élections législatives dans la région d'Extrême-Orient montrent que la région de Khabarovsk reste dans l'opposition. Le KPRF l'a emporté avec 26% des voix. Le parti au pouvoir Russie unie a reçu 24% dans la région, le LDPR 16%, le" Nouveau peuple " sept pour cent et Seulement la Russie six pour cent.

Visite dans une circonscription électorale de Moscou

Au bureau de vote n ° 2884-il était situé à l'ouest du centre-ville de Moscou dans un centre ouvrier-j'ai essayé de me faire une idée du processus de vote. Le choix s'est fait dans la salle de sport récemment rénovée d'une école qui sentait encore la couleur.

Le président de la commission électorale locale m'a expliqué comment les bulletins de vote qui ont été déposés lors des deux scrutins ont été conservés pendant les trois jours de vote. "Les deux urnes sont complètement vidées tous les soirs. Les bulletins de vote sont tous rassemblés dans un sac en plastique."On m'a montré l'un des sacs avec une fermeture adhésive spéciale. "Le sac en plastique entre alors dans cette armoire en acier". L'un pointait vers une armoire en acier étroite d'un mètre et demi de haut, fermée par un sceau vert. La salle de sport a été illuminée toute la nuit et gardée par la police, a déclaré le président du bureau de vote.

"Deux caméras au plafond du bureau de vote enregistrent tout ce qui se passe dans le bureau de vote, non seulement le jour, mais aussi la nuit."

L'organisation d'observation électorale "Golos", classée par les autorités russes comme "agent étranger" en raison de contributions monétaires de l'étranger, a signalé lundi soir 4 647 violations des règles électorales. La chef du Comité électoral central, Ella Panfilova, a déclaré qu'il y avait eu 12 cas d'entrée illégale de bulletins de vote dans les urnes dans huit régions. En raison de cette procédure illégale, un total de 8 500 bulletins de vote ont été déclarés nuls.

La présidente du Conseil de la Fédération de Russie Valentina Matviyenko a admis qu'il y avait des irrégularités dans l'élection. Mais il s'agissait principalement d ' "erreurs humaines". Les irrégularités n'ont pas eu d'influence décisive sur le résultat des élections. La Commission électorale centrale a également répondu. En fait, la chef de la commission électorale, Ella Panfilova, avait démis de leurs fonctions plusieurs chefs de commissions électorales dans les régions, y compris dans la zone minière sibérienne de Kuzbass.

Les caméras vidéo de tous les bureaux de vote ont enregistré non seulement des irrégularités, mais aussi des "faux", a affirmé Matviyenko. De nombreux faux ont été payés par des pays étrangers. Le politicien n'a pas donné de détails. Mais dimanche, la télévision russe a montré comment des policiers ont déterré un studio vidéo où des faux auraient été filmés avec un véritable attirail électoral, pour ensuite les mettre sur le Net. La télévision n'a pas montré de telles révélations de fraude électorale organisée par les autorités locales.

L'OSCE n'avait pas envoyé d'observateurs aux élections à la Douma. L'OSCE voulait envoyer 500 observateurs et était contrariée que les autorités russes ne veuillent approuver que 60 observateurs.

Matviyenko a déclaré que depuis la pandémie, l'OSCE a envoyé beaucoup moins d'observateurs électoraux dans d'autres États du monde. Seuls 50 observateurs électoraux ont été envoyés aux États-Unis. Après tout, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a envoyé cinq observateurs en Russie.

"Nous vivons dans une flaque d'eau"

Devant le bureau de vote 2884, j'ai eu une conversation avec la retraitée Ljudmilla. Elle travaillait dans une entreprise de construction. Maintenant, elle était venue spécialement de la datcha pour voter. Deux heures pour Moscou et deux heures de retour. Pourquoi elle est venue aux élections, je voulais savoir. "Choisir Lobanov."

Pourquoi Lobanov?

"Nous avons besoin de jeunes. Nous vivons dans une flaque d'eau. Les vieux politiciens ne le font plus."

Jusqu'à présent, elle ne s'est pas intéressée à la politique. Mais maintenant, elle regarde des vidéos sur Internet, de la gauche Nikolai Platoshkin (Mouvement pour un Nouveau socialisme) et Nikolai Bondarenko (KPRF Saratov) et Pavel Grudinin (candidat à la présidence du KPRF 2018). "Il s'agit maintenant de mes enfants et petits-enfants. Pour votre avenir. Je veux que tu sois meilleur que moi."Ljudmilla vit modestement. Elle reçoit une pension de 190 euros, supplément Moscou compris.

Au moment où nous parlons, une deuxième femme arrive, elle est petite, mince et elle aussi en âge de prendre sa retraite. Ljudmilla accueille la femme. "Nous vivons dans le même escalier", m'explique-t-elle plus tard. Lyudmila demanda au langoureux: "Qui voulez-vous choisir?"Les gémissements minces," oh, je ne sais pas."Lyudmila:" Choisissez KPRF et Lubanov!"KPRF, c'est une flaque d'eau", dit la femme mince, à laquelle Lyudmila répond:" Zyuganov se retire bientôt, puis les garçons prennent la barre. Si vous choisissez l'un des petits partis, c'est un vote perdu. Cela soutient le pouvoir."Le voisin avance pensivement.

Que pensez-vous de Navalny, je demande à Lyudmilla. La réponse vient comme si elle était tirée du pistolet. "Très bien. Il révèle le luxe dans lequel vivent nos hauts fonctionnaires."Je lui demande si elle ne sait pas que Navalny a rejoint la marche nationaliste russe en 2009 et a réalisé une vidéo raciste contre les travailleurs migrants du Caucase. Elle secoue la tête. Elle ne savait pas.

Je demande à Lyudmilla si elle n'est pas concernée par le développement en Ukraine. Elle esquive. Elle ne dit que cela sur l'Ukraine: le pouvoir en Russie détourne l'attention des problèmes en Russie avec le sujet de l'Ukraine.

Après cela, j'entre en conversation avec un homme barbu d'environ 35 ans. Il dit qu'il est physicien. Qui a-t-il choisi? "Ceux qui sauvent la terre". Et de quelle fête s'agit-il? "Le KPRF". Il sourit et regarde,comme s'il voulait dire, quelle est la question, tout le monde le sait.

Le bureau de vote 2884 comptait 1 918 électeurs. En outre, 715 personnes s'étaient inscrites au vote électronique via Internet. Leurs votes sont comptés séparément. Quand je me suis rendu au bureau de vote dimanche à 17h, environ 400 personnes avaient voté, me dit le président du bureau de vote.

Le bureau de vote était gardé par de nombreux policiers à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment. Mais il n'y avait pas – comme lors des élections précédentes – de tables où vous pouviez acheter des friandises bon marché. Et il n'y avait pas de musique non plus. Apparemment, il a été reconnu que le peuple de Moscou pourrait considérer cela comme une ingérence électorale du pouvoir.