Logo
Cover

Les penseurs latéraux sont inondés

Les attaques contre les aides doivent être rejetées. Même si une grande colère face au manque de soutien au début est compréhensible du point de vue des citoyens touchés, elle ne devrait pas affecter les aides de l’Agence de secours technique, car elles ne sont pas la cause du chaos: Leur intervention parfois tardive est un symptôme qui a sa cause avant tout dans l’échec de l’organisation de l’État.

Cependant, l’agression des victimes des inondations est compréhensible dans une certaine mesure face à une grande perte matérielle (ou pire) liée au manque d’aide – ces flambées sont des actes de désespoir. Un problème pour les politiciens et les journalistes responsables ces derniers jours a été de nommer des" raisons alternatives " à ce désespoir, afin que ces raisons ne soient pas recherchées en politique.

Bouc émissaire “Penseur latéral”

Ici, les “penseurs latéraux” sont entrés en jeu dans les médias. Selon une interprétation dominante de ces derniers jours, le mécontentement des citoyens touchés par les inondations ne se manifeste pas d’abord par un comportement inadéquat de l’État et des médias – mais ce mécontentement n’est que “attisé” par des “penseurs latéraux”. Les symptômes sont expliqués par ce point de vue aux causes. La cause du ressentiment des citoyens n’est donc pas l’échec de l’État et le manque d’aide, mais la propagande" perfide " des penseurs latéraux en réponse à celle-ci.

Cette argumentation tordue du bouc émissaire n’est pas sans rappeler la justification de la surveillance secrète du portail KenFM: “Une partie des médias dits alternatifs” “attiserait vraiment l’aliénation politique et saperait ainsi la confiance dans l’État”.

Une vue intéressante, donc la critique du gouvernement et de la politique est responsable de l’aliénation! Cela montre aussi bien la compréhension de la démocratie que les services secrets et leurs détenteurs ne possèdent pas.

Les vraies raisons de la colère: “Pas d’eau potable, pas d’électricité”

Ces derniers jours, les déclarations de Sabine Lackner, Vice-présidente de l’Agence fédérale de Secours Technique (THW), ont été dominantes. Selon elle, les volontaires du THW, qui est actif avec un total de forces 4000 dans les zones sinistrées, ont parfois été reçus de manière hostile. “Cela va si loin que nos aides sont insultées”, a déclaré la vice-présidente de THW, Sabine Lackner, samedi à ntv. “Si vous voyagez avec des véhicules d’urgence, vous serez bombardé d’ordures”, a ajouté Lackner.

Derrière les attaques se trouvent principalement des penseurs latéraux ou des personnes de la scène prepper, qui “se font passer pour ceux affectés par la catastrophe des inondations”, selon Lackner. Il serait fait par ces personnes humeur consciente. Après tout, elle admet également qu’il y a aussi “des victimes d’inondations frustrées” en plus des acteurs de “Querdenken”.

Et puis Lackner en arrive au point que la colère des citoyens touchés monte probablement en flèche:

“Selon Lackner, environ 30 000 personnes dans les zones inondables n’ont actuellement ni eau potable, ni électricité ou doivent se passer des deux. ( … ) Certains endroits avaient été complètement coupés pendant longtemps”

Les médias et les humeurs

Le fait qu’il y ait effectivement du personnel politique douteux qui veut maintenant cuisiner sa soupe avec le sort du peuple ne doit en aucun cas être exclu ici. Cependant, la prédominance des reportages mettant trop l’accent sur les prétendus “penseurs latéraux” comme source de colère publique peut être rejetée comme douteuse et transparente. La police n’a pas voulu confirmer les descriptions de THW dans les déclarations initiales.

Cependant, cette situation peu claire n’a pas empêché de nombreux médias d’utiliser le Steilvorlage de THW et d’autres incidents. Le “taz” parle même d’un “déluge brun"dans le contexte du déluge et de la"pensée latérale”.

Les aides et le chaos

Les vraies raisons du désespoir du peuple, qui peut malheureusement aussi se transformer en agression, ne résident pas dans la propagande du “penseur latéral”, mais ailleurs

“Les volontaires, venus de toute l’Allemagne, ont été vus dans les premiers jours non pas comme une aide bienvenue, mais comme un problème. Ainsi, des unités entières des pompiers volontaires ont été renvoyées par l’équipe de crise et les aides, dont certains sont venus avec leur propre équipement lourd, n’ont pas été autorisées à passer. Toute personne qui voulait aider et qui a contacté la hotline officielle – qui ne fonctionne généralement pas-n’a pas reçu de réponse du tout. Et quiconque est passé et a reçu une réponse a été dit qu’il n’en avait pas besoin. Des cercles des conseils de district, il a même été communiqué que les aides étaient perçues comme une"perturbation”.

Ceux qui ne se sont pas laissés décourager, travaillent sur place de manière auto-organisée et par eux-mêmes. Dans les premiers jours, ce sont presque exclusivement des agriculteurs avec leur équipement et de nombreux entrepreneurs qui ont pris l’important travail en main, tandis que d’innombrables pompiers et volontaires du THW, qui voulaient tous aider, attendaient en masse au Nürburgring et n’étaient pas déployés."

Les agences de renseignement semblent inventer de nouveaux mots

Le terme initialement positif de “penseur latéral” a été accusé d’hostilité ces derniers mois. C’est maintenant un concept de lutte. Il y a actuellement peu d’attributions publiques qui peuvent avoir un impact plus sévère sur les personnes touchées – jusqu’à la perte d’emploi et l’exclusion sociale. Et pour de nombreux défenseurs du verrouillage, le terme sert de surface de projection centrale, contre laquelle il faut se rallier et face à laquelle on peut s’assurer de sa “bonne” position.

Je ne me sens pas politiquement à l’aise avec bon nombre des “penseurs latéraux” les plus connus et activement organisés, à part certains chevauchements dans les demandes anti-verrouillage. Cependant, la diffamation du groupe par de nombreux journalistes et politiciens vécue ces derniers mois-en particulier dans sa généralisation douteuse-doit être strictement rejetée.

Le lien entre les problèmes de santé et l’attribut “extrémiste de droite” doit être décrit comme un chef-d’œuvre de propagande. De même que les généralisations douteuses, mais réussies par les médias: En attendant, en tant que journaliste, vous pouvez presque impunément appeler tous les critiques de la politique corona des “penseurs latéraux”-à travers la propagande toxique en amont, les insultes comme “folles” ou “extrémistes” résonnent alors des non-dits. Dans le même temps, il a été établi dans les médias que les “penseurs latéraux” sont généralement soupçonnés d’être des nazis.

À travers ces deux généralisations et liens douteux et incorrects, un large champ de “culpabilité par contact” s’est ouvert: le terme de combat “penseur latéral” peut désormais être utilisé comme une arme polyvalente. Ce n’est plus seulement le terme trop général pour tous ceux qui critiquent la politique Corona. En attendant, le terme est apparemment destiné à désigner négativement tous les citoyens (au – delà de Corona) qui ne marchent pas du côté du gouvernement-et que ce soit des victimes des inondations.