Logo
Cover

Punir enfin Israël

À qui s’applique cette dernière attaque dévastatrice contre Gaza? L’armée la plus puissante et la plus puissante de la région dirige son pouvoir contre les réfugiés et leurs descendants. Certains ont été expulsés de leurs maisons en 1948, d’autres en 1967. Pourquoi ont-ils été expulsés de leurs maisons? Parce qu’ils sont Palestiniens. C’est là que réside la racine de la tragédie.

L’asymétrie n’existe pas seulement en termes de puissance militaire entre Israël et les groupes de résistance fragmentaires des Palestiniens. Il existe surtout en ce qui concerne la situation des droits de l’homme. L’un de ces droits est le droit à la légitime défense. Après des décennies d’oppression sous les yeux de la"communauté internationale".

Cette situation n’a été créée que lorsque, en 1947, des pays extérieurs à la région ont décidé de diviser la Palestine – contre la volonté de la majorité de ses habitants et des États voisins. Personne n’a le droit moral de dicter aux opprimés comment se défendre. Les Palestiniens n’auraient pas tiré de roquettes artisanales sur Israël s’ils avaient été autorisés à posséder des armes sophistiquées qui auraient pu viser des installations militaires. Mais dans le monde néocolonial d’aujourd’hui, certains peuvent avoir des armes sophistiquées, d’autres non.

Lorsque certaines de ces roquettes primitives ont atterri à Tel Aviv-à un pâté de maisons de la maison de ma fille, d’ailleurs-les Israéliens ont été réveillés d’un sommeil dangereux. Beaucoup d’entre eux vivaient dans une bulle, jouissaient de la vie à la plage, de cafés et d’autres commodités d’un niveau de vie élevé, tandis qu’à quelques minutes de route, 95% des Palestiniens vivant dans la bande de Gaza – dont la moitié d’enfants – n’ont pas accès à l’eau potable.

Israël est devenu un pays prospère, il a grimpé à la 20e place dans le monde en termes de revenu par habitant. La qualité de vie est élevée et la grande majorité des Israéliens ne se rendent même pas compte du sort des Palestiniens. La situation est similaire à d’autres cas de colonialisme de colons tels que l’Afrique du Sud, et il est logique que les comparaisons entre le régime d’Israël et l’apartheid leur soient de plus en plus imposées.

Les pères fondateurs sionistes ont appelé “afrada”, la séparation. Cette politique a privé les Palestiniens de travail dans les années 1920. Plus tard, lorsque les sionistes ont établi leur État, des milliers de Palestiniens ont été privés de leurs maisons. La politique consistant à gagner “un maximum de territoire avec un minimum d’Arabes” a été poursuivie depuis lors. Cette stratégie a provoqué l’incendie actuel, cette fois lorsque les colons sionistes sont venus expulser les Palestiniens indigènes à Jérusalem. Pourquoi l’etat d’israël à plusieurs reprises de discrimination, d’expulser et de tuer les Palestiniens? Parce qu’ils se trouvent faire obstacle au projet sioniste de construction d’un “État juif.“En d’autres termes, les Palestiniens sont du “mauvais” genre, même s’ils vivent sur leur terre depuis des siècles.

Souvent, vous perdez de vue la grande image quand vous vous concentrez sur un incident particulier. Cependant, il est important de voir la forêt derrière les arbres, de percevoir ce qui se cache derrière la violence récente. Israël a été construit sur l’injustice, sur le nettoyage ethnique systématique et l’expulsion. Certains qui ont souffert ce sont des Juifs qui ont été expulsés de leur patrie en Europe.

Les pogroms en Pologne et en Ukraine, l’État national-socialiste et les variantes locales du fascisme ont été responsables de leur expulsion. La plupart de ces réfugiés juifs ont maintenant droit à une indemnisation, à une indemnisation et à des excuses. Rien de tout cela n’est offert aux Palestiniens qui perdent leurs maisons parce que c’est conforme à la stratégie politique de l’État sioniste. Les Palestiniens doivent payer pour les péchés des Européens, dont beaucoup ont soutenu avec enthousiasme le nazisme.

Il serait peut-être bien intentionné que les Européens apportent leur plein soutien à Israël. Mais ils confondent les Juifs avec l’État d’Israël, dont l’idéologie de base et la pratique quotidienne est la domination ethnique. L’idéologie sioniste d’Israël suppose que seul un État ethnique avec une majorité juive dominante offre aux Juifs un véritable refuge. Beaucoup de Juifs ne partagent pas cette croyance, qui continue de produire de la violence.

Mais cette idée de pureté ethnique plaît à de nombreux Européens. Les politiciens de droite admirent Israël, un État militarisé agressif qui est extrêmement divisé socialement, économiquement et ethniquement et dont l’économie très développée est ouverte aux investissements étrangers. L’immense expérience de la contre-insurrection d’Israël-accumulée au cours d’un siècle de conflit avec les Arabes – a été intégrée dans la conduite de la guerre en Afghanistan, en Irak, en Libye et au Mali, ainsi que dans les opérations de sécurité intérieure. Pas étonnant qu’Israël soit le favori des politiciens de droite, y compris ceux qui gouvernent actuellement à Vienne.

Les drapeaux israéliens hissés sur les bâtiments publics ne représentent pas une conscience coupable à cause du nettoyage ethnique pendant les années nazies. Surtout, ils sont un signe de solidarité avec un pays que beaucoup d’Européens de droite voient comme un rempart contre la prétendue expansion musulmane. Si le gouvernement autrichien craignait que des innocents soient chassés de chez eux en raison de leur origine, il aurait soutenu les Palestiniens. En fait, l’Autriche a soutenu les Palestiniens pendant la chancellerie de Bruno Kreisky, un citoyen juif responsable qui a explicitement rejeté le sionisme en principe, pas seulement la politique agressive qui l’incarne. Les politiciens européens d’aujourd’hui feraient bien de lui couper une part de son courage et de mettre fin à l’impunité d’Israël.