Logo
Cover

La France devrait prendre la responsabilité de ses ordures

Le haut responsable militaire algérien, Bouzid Boufrioua, a appelé la France à assumer la responsabilité des déchets laissés dans le Sahara après ses essais nucléaires dans les années 1960. Le Général de brigade Boufrioua est le chef du département du génie de combat du Commandement des Forces terrestres et a fait ses commentaires lors d’une interview publiée dans l’édition de février du Magazine de l’Armée algérienne.

Les autorités coloniales françaises ont mené une série d’essais nucléaires dans le Sahara algérien entre 1960 et 1966. Dix-sept tests ont été effectués au total. Les institutions de l’État algérien et les organisations de la société civile exigent que la France révèle l’emplacement de ses déchets nucléaires au Sahara.

“Soixante ans après ses essais nucléaires, la France refuse toujours de révéler l’emplacement de ses déchets nucléaires et d’indemniser les victimes des maladies causées par les radiations”, indique le magazine.

Boufrioua a souligné que la marée a tourné sur ces questions. “Le 7 juillet 2017, 122 États membres de l’Assemblée générale des Nations Unies ont ratifié un nouveau traité visant à interdire l’utilisation d’armes nucléaires.“Il a expliqué que le traité” reconnaît clairement et explicitement le principe du “pollueur-payeur”; c’est la première fois que la communauté internationale appelle les États dotés d’armes nucléaires à rectifier les erreurs du passé.”

Le traité est entré en vigueur en janvier de l’année dernière. Cependant, des pays comme la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine ont refusé de signer l’accord. Ce sont les États dont les armes nucléaires leur ont donné “l’autorité” d’être les seuls membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, chacun ayant le droit de veto sur toute résolution.