Logo
Cover

Espionnage social en Chine pas en Allemagne

Le numéro d’identification fiscale doit devenir un numéro de citoyen complet, ce qui permet aux autorités d’accéder aux données personnelles déjà existantes auprès d’une autre autorité. Cela a été décidé par la coalition gouvernementale rouge-noire au Bundestag contre l’opposition fermée et contre toutes les préoccupations des protectionnistes des données. Le Conseil fédéral doit encore se mettre d’accord avant que la loi, que beaucoup considèrent inconstitutionnelle, puisse entrer en vigueur.

La Cour Constitutionnelle fédérale a jugé dans le passé qu’elle contredit le droit fondamental à la vie privée lorsque l’État crée une base de données dans laquelle toutes les données sur une personne sont collectées. Cela permet un profil de personnalité complet qui va bien au-delà des connaissances requises pour les applications officielles individuelles.

Le gouvernement veut contourner ce problème avec une astuce, en utilisant le principe de la bannière cookie de faire semblant de consentement volontaire. L’utilisation de ce principe à des fins de surveillance a été promue par le Forum économique mondial et Accenture, en collaboration avec le Département AMÉRICAIN de la sécurité intérieure avec leur projet D’identité numérique des voyageurs connu et depuis lors, il a été utilisé dans de nombreux endroits en Allemagne, en Europe et dans le monde en conséquence.

Dans le cas du voyageur connu, cela se fait de telle sorte que les voyageurs se préenregistrent auprès des organismes de contrôle dotés de caractéristiques biométriques (photo) et leur permettent d’accéder “volontairement” à une base de données dans laquelle toutes les “données d’identité” importantes sur eux-mêmes sont collectées. Ce qui est important les données d’identité sont interprétées de manière très large.

Dans le cas du numéro de citoyen, cela se fait de telle sorte que les citoyens doivent donner leur consentement pour qu’une autorité demande les données à une autre autorité. Mais combien y a-t-il de volontarisme envers une autorité? Que faites-vous lorsque vous êtes confronté au choix de divulguer volontairement toutes les données, par exemple les données fiscales, ou d’être mis à l’épreuve (parce que vous avez évidemment quelque chose à cacher)?

En dehors de cela, c’est le principe établi de l’élimination de la protection des données de supprimer cela en tranches. Tout d’abord, l’infrastructure de données est construite, mais avec des barrières d’accès aux données fournies. Seulement dans la deuxième étape et à la prochaine occasion, ces obstacles sont plus ou moins progressivement supprimé. Lors de l’introduction du numéro d’identification fiscale en 2008, nous avons été informés:”ce numéro est utilisé exclusivement à des fins fiscales”. Promesses brisées. Qu’en est-il de la promesse d’utiliser les données de surveillance des péages uniquement pour la collecte des péages lorsque l’occasion se présente de transférer les délinquants sexuels avec les données? Il existe de nombreux exemples.

Dans tous les cas, la NSA ne demandera pas de consentement si elle regarde à travers les portes dérobées intégrées à l’équipement informatique des producteurs américains, ou une demande amicale aux services locaux, ce qu’il y a dans les informations officielles sur certains citoyens fédéraux.

Le projet ID2020 avec les numéros d’identification globalement lisibles et biométriquement sans ambiguïté est d’une importance particulière pour la surveillance de la population mondiale au-delà des frontières nationales. Parce que, alors que le problème de l’identification sans ambiguïté en Allemagne est un problème marginal qui justifie à peine l’introduction d’un tel numéro central constitutionnellement problématique pour tout, il semble complètement différent au-delà des frontières.

Pour la surveillance automatisée de chaluts de milliards de personnes, la NSA, Microsoft, Facebook et d’autres organisations et entreprises ayant des ambitions doivent avoir des identifiants uniques. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez fusionner de manière fiable les informations qui existent dans plusieurs milliers de bases de données différentes sur toutes ces personnes.

ID2020 est une organisation à but non lucratif basée à New York financée par Microsoft, Accenture, la Gavi Vaccine Alliance (qui à son tour est financée par le fondateur de Microsoft Gates) et la Fondation Rockefeller. Ce dernier est connu pour son scénario dystopique post-pandémique appelé “Lock Step”, le scénario d’une citoyenneté mondiale autoritaire après une pandémie et qui aime être totalement surveillée. L’un des auteurs du scénario dit il y a quelques mois dans une interview:

“Nous allons progressivement accepter beaucoup plus de surveillance. Et à la fin, cela ne nous dérangera pas parce que – pour la plupart des gens dans la plupart des situations – cela fait plus de bien que de mal.”

L’objectif de l’organisation est de donner à chaque citoyen du monde une identité numérique biométrique qui lui est liée. Cela signifie créer un accès automatisé à toutes les informations disponibles numériquement pour toutes les personnes dans le monde. Avec le logiciel de reconnaissance faciale, cela peut être fait dans les espaces publics sans l’intervention des surveillés.

La route du capitalisme de surveillance

Le principal problème n’est plus l’état de surveillance, du moins pas au sens traditionnel du terme, mais le capitalisme de surveillance fondé sur le groupe. Que se passera-t-il une fois le numéro de citoyen établi pour toutes les demandes souveraines? La même chose qui s’est produite et se produit dans d’autres pays. Les privés acceptent l’offre avec reconnaissance. Un champ pour la saisie de l’ID de citoyen apparaîtra partout. Lorsque la plupart des entreprises privées ont finalement leurs partenaires commerciaux consommateurs avec leurs numéros de citoyens dans les bases de données, ces bases de données sont assez simples et beaucoup plus fiables qu’auparavant.

Les courtiers de données achètent déjà toutes sortes de données sur nous à partir de toutes sortes de sources et les compilent dans des dossiers très complets sur la majorité des citoyens de la Terre. Des Dossiers que n’importe qui peut avoir, qui met l’argent pour cela. Cependant, tant que l’identification automatique sécurisée n’est pas garantie, ces dossiers ne sont fiables que dans une mesure limitée.

Des numéros d’identification uniformes à toutes fins dans un pays sont extrêmement utiles. Il n’est pas nécessaire d’avoir un numéro globalement uniforme. Avec 200 classifications différentes et un nombre limité de doubles ressortissants, les systèmes informatiques font déjà face.

Mais peut-être que le Bundesrat résiste. Ensuite, la marche vers le capitalisme de surveillance en Allemagne serait ralentie et le temps serait gagné pour l’arrêter avant qu’il ne devienne irréversible.