Logo
Cover

L'Occident d'abord

Le groupe d’étude “politique étrangère allemande une source d’information importante pour ceux qui s’intéressent à la Politique-attire l’attention sur le fait que les États occidentaux sont opposés à la libération de” droits de brevet " sur les vaccins pandémiques, ce qui atténuerait la crise Covid 19 dans les pays en développement:

“L’Allemagne et l’UE ne devraient plus empêcher les mesures visant à fournir aux pays les plus pauvres des médicaments et des vaccins contre le Covid-19. C’est ce que réclament les organisations de défense des droits de l’homme avant la réunion du Conseil Général de l’Organisation Mondiale du commerce (OMC) qui commence aujourd’hui. La raison de la demande est que les pays occidentaux riches bloquent la proposition de l’Inde et de l’Afrique du sud de suspendre les droits de brevet sur les vaccins Covid-19 pendant la durée de la pandémie. Si l’OMC décidait, les pays les plus pauvres seraient en mesure de produire les vaccins dont ils ont désespérément besoin, mais qui sont rares: l’Occident transatlantique, y compris la République fédérale, a déjà réservé 85% de la production en – bien plus qu’il n’en a besoin pour sa propre population. Les pays en développement, quant à eux, se sont jusqu’à présent essoufflés. Bien sûr, contrairement au passé, ils reçoivent cette fois des vaccins de Russie et de Chine. À Berlin, compte tenu des conséquences politiques, on dit qu’il faut au moins donner une partie de ses propres doses de vaccination excédentaires et ensuite bien communiquer cela.”

“Bien communiquer”

C’est le pur égoïsme des pays riches d’avoir déjà réservé ou acheté presque toute la production de vaccins – produits en Occident – avant même la sortie légale des vaccins. “Nous enrichissent”: à Quoi les autres s’en inquiéter? Cependant, le fait que la Russie et la Chine, qui sont prêtes à transmettre leurs vaccins aux pays pauvres à des conditions favorables, pourraient bien sûr bénéficier d’avantages d’image ou même politiques est à nouveau indésirable. D’où la référence à la “communication”.

Non mentionné: Suisse

Le rapport du groupe de travail “politique étrangère allemande” ne mentionne pas spécifiquement la Suisse. La réalité est que la Suisse a déjà approuvé 400 millions de francs suisses, réservant ainsi des vaccins pour 9,8 millions de vaccins, uniquement auprès de deux fournisseurs différents pour des raisons de sécurité. Il est actuellement en négociation avec un tiers pour réserver 1,5 million de doses supplémentaires de vaccination. La Suisse, l’un des pays les plus riches du monde, peut facilement se permettre ce luxe.

“Rhétorique et pratique”

La " politique étrangère allemande “se permet d’éclairer davantage le comportement de l’Allemagne en la matière et de critiquer les deux poids, deux mesures sous le titre"rhétorique et pratique”.

“Alors que Berlin cherche des options pour arrêter le déplacement imminent des loyautés politiques de l’Occident vers la Russie et la Chine, les organisations de défense des droits humains sont vivement critiques – en raison du blocus de l’OMC de la suspension des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins Covid-19. La pandémie est une urgence mondiale, selon un communiqué publié hier par Amnesty International: L’Allemagne et l’UE doivent plaider fermement lors de la réunion du Conseil Général de l’OMC, qui commence aujourd’hui, pour garantir que, comme l’Inde et l’Afrique du Sud l’ont demandé, la protection par brevet des vaccins, tests et traitements contre la Covid-19 … jusqu’à ce que l’urgence pandémique soit terminée et que tous soient protégés. Il est vrai que l’on parle toujours publiquement de solidarité internationale; dans la pratique, Cependant, on fait trop peu pour les pays les plus pauvres. Amnesty International est l’une des organisations dont les puissances occidentales aiment citer les rapports et les jugements lorsqu’ils les aident à légitimer une agression politique contre des États opposés. Si, en revanche, Amnesty ou d’autres organisations de défense des droits humains critiquent les pratiques occidentales, les réactions sont généralement absentes – y compris dans le conflit sur la prévention de l’approvisionnement nécessaire en vaccins de la partie pauvre et non occidentale du monde.”

Pour la Suisse, ce n’est qu’un élément à ajouter: en tant que pays très riche et soi-disant neutre, la Suisse devrait et pourrait encore plus défendre les intérêts des pays les plus pauvres. Le Conseil fédéral est appelé à le faire, avec un engagement à l’OMC d’abroger la protection par brevet et pas seulement avec 20 millions de francs suisses, qu’il a jusqu’à présent parlé pour le programme international de vaccination Covax.