Logo
Cover

Les hypocrites verts

Alliance 90 / Les Verts ont tenu ce week-end leur conférence des délégués fédéraux, axée sur le programme politique. Le projet ouvre la voie aux verts dans la direction d’une coalition noir-vert à Berlin. La mission de la Bundeswehr doit être étendue à un vague “concept de sécurité”

La paix et l’armée dans le projet de Programme de politique verte

Dans le chapitre “Paix”, Les Verts/Alliance 90 formulent leur vision pour de larges pans de l’Électorat:

“Notre objectif est un ordre mondial avec des institutions internationales. Elle vise à garantir la paix, la justice et la liberté…”

Pour les Verts, cela signifie:

“En tant que communauté internationale, nous avons la responsabilité de nous attaquer aux violations les plus graves des droits de l’homme et au génocide dans le cadre des Nations unies.”

Cette formulation ouvre les verts aux missions étrangères, comme ils en sont responsables depuis L’époque du Ministre des Affaires étrangères Josef Fischer. Le fait que ces opérations militaires aient contribué de manière significative à la désintégration de toute une région entre le Golfe, Le Mali et les Balkans, que des crimes écologiques aient eu lieu, dont les États ne peuvent plus se remettre depuis longtemps, est hors de vue des auteurs du programme. Cela devra être examiné plus en détail ultérieurement, en examinant le programme qui a été décidé. Sur les tâches de la Bundeswehr est indiqué dans le programme convenu (Chapitre 8, 364):

“La mission et les tâches de la Bundeswehr sont basées sur les défis réels et stratégiquement importants pour la sécurité et le maintien de la paix. C’est un moyen nécessaire de la Politique de sécurité étatique et internationale. L’Allemagne devrait pouvoir compter sur ses alliés, et ses alliés aussi sur L’Allemagne. La responsabilité globale du déploiement doit être justifiée, les informations sur toutes les opérations de l’opération doivent être entièrement accessibles aux alliés. Les opérations directes de l’ONU ont préséance sur les opérations de crise de l’UE et de l’OTAN.”

D’autre part, selon la Loi fondamentale, la Bundeswehr doit être créée exclusivement pour la défense:

“Le gouvernement fédéral met en place des forces armées pour la défense. … À l’exception de la défense, les forces armées ne peuvent être déployées que dans la mesure expressément autorisée par la présente loi fondamentale.“Par exemple, la Bundeswehr peut aider les agences de sécurité de la police lorsqu’il s’agit de “se défendre contre une menace imminente à l’existence ou à l’ordre de base démocratique libéral du fédéral ou de l’état”. (Art. 87 GG)

L’extension de l’ordre à un concept vague de sécurité semble mieux aux oreilles mal informées que l’effet observé de ce concept depuis les interventions militaires de la Bundeswehr depuis son déploiement en Somalie Au début des années 1990. un regard sur L’Afghanistan, Le Mali ou d’autres zones d’intervention montre que les guerres ne se terminent pas dans la paix. La “priorité” de l’utilisation de la force militaire sur la position décisionnelle des Nations unies semble superficiellement bonne, et elle est si vaguement formulée que les verts sont également ouverts à d’autres opérations de l’OTAN non mandatées par l’ONU. Les verts sont également favorables à une militarisation accrue de l’UE dans le programme qui vient d’être adopté: le programme vise à “renforcer la coopération entre les forces armées de l’UE, à mettre en commun les capacités militaires et à combler les lacunes généralement reconnues en matière de capacités. Cela nécessite un équipement approprié, l’expansion des unités de l’UE et un renforcement et une consolidation de la structure de commandement commune de l’UE.”

“Mobilité militaire” vers la frontière occidentale de la Russie

Cela ouvre une politique verte à une politique européenne désastreuse dans le cas d’une nouvelle augmentation des conflits sur notre continent. Cela est clairement démontré par un regard sur la soi-disant “combler les lacunes de capacité militaire de l’UE”: le Frankfurter Rundschau a rapporté le 6.6.2018 sous le mot-clé “mobilité militaire”:

“Compte tenu des relations tendues avec la Russie, la Commission européenne propose d’investir 6,5 milliards d’euros dans des itinéraires de transport blindés au cours de la prochaine décennie. L’objectif était de développer les réseaux ferroviaires, les routes et les ponts de 2021 à 2027 dans le cadre du prochain budget septennal, l’autorité bruxelloise (…) déclaré. (…) L’autorité avait déjà proposé que les routes de transport en Europe soient vérifiées pour leur aptitude militaire d’ici 2019. (…) Les 6,5 milliards D’euros devraient alors être disponibles à cette fin.”

En clair, il s’agit de transporter des chars et d’autres équipements militaires lourds dans la zone des opérations de combat en Europe dans un délai très court. Il n’est pas difficile de deviner où se trouve cette bataille: la mobilité militaire dirige les voies de transport vers la frontière occidentale russe. Les combats en Europe sont irresponsables pour le continent densément peuplé et hautement industrialisé avec environ 200 réacteurs nucléaires et de nombreuses usines chimiques. La centrale nucléaire la plus puissante d’Europe est située en Ukraine, à environ 200 kilomètres de Donetsk.

Compte tenu des dangers qui ont été invoqués ici, nous ne pouvons être responsables que d’une politique de paix en Europe qui tienne compte des intérêts sécuritaires de tous les états de ce continent, comme le préambule du Traité, sur la base duquel l’Allemagne existe sous sa forme actuelle, est responsable. Mais la politique des verts, en revanche, suit la communication de désinformation de la propagande de l’OTAN: ils suivent le récit selon lequel la crise de Crimée de 2014 légitime l’armement de l’OTAN, car la Russie s’est révélée être un agresseur ici. Ils transmettent le fait que les partenaires de l’OTAN occupent et annexent depuis longtemps des zones conquises par l’armée. Cela évite également le fait que la première violation de la loi dans la crise ukrainienne en 2014 ait été l’installation illégale d’un gouvernement pro-occidental et le chantage de l’Europe.

“La politique agressive des grandes puissances du Président russe Poutine, en particulier l’annexion de la Crimée, qui est contraire au droit international, la plus limite littérale de la mer D’Azov et la guerre en cours dans l’est de l’Ukraine, a ébranlé l’ordre de paix européen. Cela vaut également pour le soutien de la Russie aux opposants populistes à une démocratie libérale en Occident. Cela remet sur les rails une logique de défense et de dissuasion disparue depuis longtemps.”

Le soutien d’États répressifs tels que l’Arabie Saoudite, qui a non seulement assassiné le critique Khashoggy, mais a également commis une violation du droit international dans la guerre au Yémen, Est ce que les verts font dans cet argument. Ce n’est pas seulement contradictoire, c’est aussi très dangereux pour des régions entières du monde et pour la civilisation, et c’est très peu écologique.

Sur L’OTAN, le texte du programme est tout aussi désorientant: il est “d’un point de vue européen un acteur indispensable aux côtés de l’UE qui peut garantir la sécurité commune de l’Europe."(369) ces mots exagèrent le fait que l’OTAN est l’alliance des États dont elle a subi les violations les plus et les plus massives du droit international depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Grâce à cette politique de guerre, elle a ouvert la voie à la déstabilisation et à la destruction partielle de l’architecture internationale. C’est le contraire de la sécurité.

En ce qui concerne l’armement et tous les dommages associés à la biosphère, y compris l’utilisation des ressources, le programme ne trouve Aucune déclaration critique, au contraire, le programme exige à nouveau assez vaguement que la Bundeswehr soit “équipée de tâches de personnel et de matériel” conformément à sa mission et à ses tâches. Cela ne convient pas à un parti qui se présente avec la couleur verte, car il ne traite pas du déséquilibre dans l’établissement des politiques, qui résulte du fait que dans le budget fédéral environ 50 milliards d’euros sont comparés à environ 3 milliards d’euros pour environnement.

Promouvoir la politique écologique tout en omettant le secteur militaire est un jeu irresponsable avec les intérêts de survie de l’humanité au bord de l’abîme.

Dans le contexte des dangers écologiques pour l’avenir, la politique militaire OTAN/UE est tout sauf verte. Et les verts ne bougent pas dans la version originale de leur couleur – après tout, ils sont nés au début des années 1980 du mouvement pacifiste et antinucléaire; depuis les années 1990, leur couleur est devenue de plus en plus verte. L’humanité a du mal à respecter la limite déjà dangereuse du réchauffement climatique à 1, 5 degrés Kelvin plus. Le secteur militaire est déjà le plus grand émetteur de gaz à effet de serre. À seulement une heure de vol par un Eurofighter apporte autant de dioxyde de carbone dans l’atmosphère comme un citoyen allemand dans une année entière. Le réservoir Leo II consomme plus de 500 litres de diesel aux 100 km, en fonction de la vitesse et de la charge.

Lavage des yeux avec le terme euphémiste du marché

Ce passage dans le projet de programme des verts ouvre également la voie à une coalition noire-verte après les prochaines élections. Il mène loin de l’écologie. Il est dit dans la formulation de la vision:

“L’économie sert les gens et le bien commun, Pas l’inverse. La prospérité durable au sens de neutralité climatique, de préparation et de justice est au cœur d’un système économique durable. L’objectif est un système économique et financier qui respecte les frontières planétaires et améliore la qualité de vie de tous, dans le monde entier et pour les générations futures. Pour ce faire, il est nécessaire de fonctionner d’une manière fondamentalement différente: d’une manière appropriée pour les opportunités, les ressources et le genre.”

Mais ensuite, le texte réconcilie les écologistes avec le capitalisme avec les mots d’un " changement vers une économie de marché socio-écologique dans des lignes directrices claires et avec une orientation d’intérêt public."(90) un peu plus loin, le programme explique que “les entrepreneurs libres, les fondateurs et les start-up sont les moteurs de l’innovation."(114) et dans la section 163, le programme préconise un “capitaliste réglementé … progrès “contrairement au"progrès dirigé par l’autorité”.

Il semble que les auteurs soient conscients que “économie de marché” est un substitut au mot désagréable mais plus réaliste “capitalisme”. Le capitalisme est mal vu dans l’Électorat Vert. Cela est déjà clairement indiqué par la demande de “Fridays for Future” quand ils chantentqu’ils veulent “un changement de système, pas un changement climatique”.

L’image du marché est censée ancrer dans la conscience quotidienne à l’idée d’un marché hebdomadaire, où tout le monde se bat pour des acheteurs à peu près le même montant. C’est aussi visuel que c’est erroné. En 2014, L’Université de Zurich a publié une étude(https://www.tagesschau.de/faktenfinder/erdueberlastungstag-111.html “Ab heute leben wir ökologisch auf Pump”) intitulée " 147 entreprises contrôlent l’ensemble de l’économie mondiale.“Dès 1972, le rapport du club de Rome “les limites de la croissance” a clairement exprimé sa critique du capitalisme: il appelait à une société avec un équilibre planifié de la consommation et de la repousse des ressources. Le Plan et la liberté entrepreneuriale sont incompatibles.

Le capitalisme – surnommé “économie de marché” par l’euphémisme-s’est depuis avéré incapable de construire une économie durable d’équilibre entre la consommation et la repousse des ressources, au contraire. La [Journée mondiale de surcharge], à partir de laquelle l’humanité consomme plus par an que la Terre ne peut permettre de croître dans le temps donné, a progressé de 1970 à nos jours, du début décembre à la fin juillet, et le temps presse.

L’immense destruction du monde par l’économie capitaliste compétitive et par son dogme de croissance dans l’écosystème limité de la terre a rendu le film Wagenhofer “faisons de l’argent” clair: la dissimulation de la destruction de la nature par le secteur militaire avec un armement élevé et nucléaire, des manœuvres dangereuses et des guerres et la réconciliation avec le système, qui est " cancer pour Et cela à un moment où nous n’avons plus beaucoup de temps pour façonner le changement du système écologique avant que les processus ne puissent devenir incontrôlables.

Une chose doit être claire ici: la critique du programme 2020 des verts ne signifie pas que les verts ne seront plus considérés comme des alliés possibles des mouvements pour la paix, l’écologie et les droits de l’homme à l’avenir. La grande alliance à forger n’est pas donnée beaucoup de temps, car il semble, gagnerait en influence – d’abord par la clarté des exigences et des orientations, puis par l’ampleur, ce qui apporte également des clarifications supplémentaires dans le discours et dans l’expérience commune de l’action. Le point principal ici est de préciser que ce pouvoir n’a pas la clarté écologique nécessaire pour surmonter les menaces environnementales, sociales et militaires pesant sur l’avenir.