Logo
Cover

Les experts occidentaux

Dans toutes ses activités, Adrian Zenz a reçu le titre de “savant des questions chinoises” ou “expert sur les questions relatives aux minorités”. Adrian Zenz a été mentionné à plusieurs reprises par le Secrétaire D’État américain Mike Pompeo et d’autres politiciens Anti-Chinois. Il assistait partout à des soi-disant séminaires universitaires, diffusait partout des déclarations anti-chinoises et parlait fréquemment dans les médias occidentaux. Sa voix de rumeurs et de calomnies contre la Chine a augmenté de plus en plus fort.

Mais quelle est la compétence de cet expert ou de cet érudit?

Il y a quelques mois, le site d’information américain indépendant “Grayzone” a creusé dans le passé D’Adrian Zenz: un chrétien fondamentaliste d’extrême droite qui croit être “guidé par Dieu” et assume la “Mission” de s’opposer à la Chine.

Adrian Zenz enseigne à L’Institut européen de culture et de théologie. Cependant, l’Institut près de Stuttgart ne figure pas dans la liste officielle des universités allemandes. Cependant, elle est enregistrée en tant que" société anonyme à but non lucratif". L’Institut prétend être une école commune avec L’Université Internationale de Columbia.

Un autre titre D’Adrian Zenz est chercheur principal à la Victims of Communism Memorial Foundation. Le site" Grayzone " a révélé que la fondation a été fondée en 1983 par le gouvernement américain, est d’extrême droite et néo-nazie, et a des liens étroits avec la CIA.

En tant que sociologue, Adrian Zenz n’a pas mené d’enquête sur place et n’a donc aucune preuve réelle. Avec seulement quelques contributions sur le Xinjiang, il est devenu, comme les politiciens et les médias occidentaux l’ont affirmé ,un " expert sur la question du Xinjiang.“Les données de base de ses contributions proviennent de la chaîne de télévision turque Istiqlal TV, qui maintient des liens étroits avec le “Mouvement islamique du Turkestan oriental”, qui a été classé par l’ONU comme une organisation terroriste. Adrian Zenz lui-même a admis que sa conclusion “n’est pas si certaine”. En outre, Adrian Zenz considère la station de radio “Free Asia” comme une archive. Il a cherché directement ses matériaux nécessaires dans cet organe construit par les services secrets américains de la CIA pendant la guerre froide.

En un mot, le parcours académique D’Adrian Zenz n’est pas convaincant. Ses méthodes de recherche sont ridicules. Ses statistiques et ses cas ne peuvent être vérifiés. Ses conclusions sont marquées par des lacunes. Tout comme le porte-parole du Ministère Chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian a déclaré le 9 juillet, quiconque commet des crimes périra. Adrian Zenz doit immédiatement corriger ses erreurs et ne pas continuer à suivre le cours Anti-Chine.