Logo
Cover

Le grand jet à Aldi

Les grossistes aiment annoncer avec quel soin ils manipulent les nombreux aliments dont la date de vente a expiré. Janosch Fischer, le foodsharing.de la collecte et la distribution des surplus alimentaires ont été organisées et testées dans les magasins Aldi.

Whitsunday dans la matinée. Il est déjà crépuscule, les oiseaux sont au milieu de leur concert matinal. Scène De Crime: Succursale Aldi À Gals, Canton De Berne. J’ai mis mon vélo et la remorque sur le bord de l’abandon du stationnement et de mettre les gants. Il se doit d’être rapide. Avec un sac à dos et les sacs IKEA bleus, je vais aux trois conteneurs qui sont placés contre le mur et les ouvrir.

Ce que je soupçonne, mais n’espère pas: ils sont remplis à ras bord de fruits et légumes frais qui ont été négligemment jetés. Je ne suis pas pointilleux et saisir ce que mes mains saisissent. Les bacs sont à moitié remplis de mangues du Brésil, D’avocats biologiques péruviens, d’abricots, de pêches et de poivrons D’Espagne. En outre, il y a des carottes fraîches, du fenouil, du Chou-rave, des poires, etc.

Avec chaque voiture qui passe, la tension augmente, cette action est un délit. Cela prend jusqu’à ce que tous les sacs soient remplis. J’ai pu économiser environ 10 pour cent de la nourriture qui a été jeté. Après dix jours de stockage en Cave, la majorité des produits récupérés sont toujours en parfait état. Le magasin aurait eu assez de temps pour passer sur les produits.

Stratégie d’apaisement

Mon échantillon de déchets chez Aldi rend les déclarations de relations publiques du groupe invraisemblables. Il est partenaire de l’initiative “Save Food, Fight Waste” , dont le nom devrait être le programme:

“Éviter le gaspillage alimentaire (…) a la priorité. Si, toutefois, les invendus alimentaires est produit, il est passé sur la première et utilisés judicieusement avant d’être éliminés dans des cas exceptionnels”

Et Aldi écrit:

“Les produits peu avant la date d’expiration sont livrés à nos clients avec une réduction allant jusqu’à 50%… Les aliments qui sont peu avant la date de péremption ou qui présentent des défauts de forme ou d’emballage (non de qualité) sont principalement mis à la disposition d’organisations caritatives et d’associations telles que “Schweizer Tafel”, “Tischlein deck dich”, “RestEssBar” et “Caritas Markt”… Seules les marchandises qui ne sont plus parfaites sont éliminées dans des conteneurs..”

Qui sonne bien. Mais dans les quelques magasins que je connais moi-même, de plus grandes quantités de nourriture irréprochable finissent régulièrement dans les poubelles. Souvent, les produits ne portent aucun de l’adhésif de réduction “50%“rond et rouge sur eux. Donc, ils finissent dans la poubelle sans aucune réduction de prix. En fait, tous les consommateurs pourraient se faire une image d’eux-mêmes et jeter un oeil dans les conteneurs à déchets D’Aldi, s’ils ne sont pas terminés, ce qui est malheureusement souvent le cas. L’affirmation d’Aldi selon laquelle la nourriture est d’abord mise à prix, puis transmise à des organisations caritatives et seulement “éliminée dans des cas exceptionnels” s’avère dans de nombreux cas être une promesse creuse.

Aldi n’aborde pas cette accusation spécifique dans sa déclaration. Une réduction de prix sur les produits avant la fin de la dernière date de vente dépend du “groupe de produits et le stock restant”. Aldi affirme également que ce qui se retrouve dans les conteneurs “ne doit plus être classé comme irréprochable”. Ce n’est pas compatible avec mon expérience. La nourriture sauvée était en partie encore comestible plusieurs semaines, après avoir atterri à Aldi dans les ordures.

Le groupe n’a pas non plus de réponse à la question de savoir pourquoi les Biens excédentaires ne seraient pas remis aux salariés à taux réduits, comme chez Migros et Coop.

“Contacts avec les clients régionaux

Aldi passe sur une partie du surplus invendus. Selon le groupe, 96 pour cent des succursales maintiennent des “contacts avec les clients régionaux de la nourriture excédentaire”. Ceux qui ne traitent pas plus profondément de la question, se présentent parmi les” clients régionaux “des organisations caritatives telles que “Caritas” ou le “Schweizer Tafel”. Aldi seulement fournit des informations spécifiques sur ces clients sur demande. Sur un total de 214 branches, 150 transmettre leurs surplus ou d’une partie des agriculteurs, 130 planches. De nombreuses branches s’appuieraient sur les deux formes de recyclage. Combien effectivement atterrit encore sur la plaque reste peu claire. Selon L’Office fédéral de l’environnement (OFEV), seule “une petite proportion des aliments qui peuvent encore être consommés […] est donné"par rapport à toutes les surplus alimentaires.

La nourriture de haute qualité devient biogaz et engrais

Dans le cadre de mon travail à la plate-forme foodsharing.de avec L’association “Madame Frigo”, qui organise la collecte et la distribution des surplus alimentaires, j’étais en négociations avec une succursale D’Aldi à Berne afin de récupérer leurs surplus à L’avenir et de les distribuer dans les réfrigérateurs publics de Berne-oui, il y en a vraiment. Mais la direction de la branche a décidé de donner tout leur surplus à un agriculteur, afin qu’il puisse en faire de l’engrais, des aliments pour animaux ou du biogaz.

Cette pratique est conforme aux chiffres de L’OFEV: 84% des invendus dans le commerce de détail sont convertis en engrais ou en biogaz. L’utilisation de produits emballés dans du plastique pour la production de Biogaz est caractérisé par une faible efficacité. Un autre 8 pour cent des déchets alimentaires se retrouve dans la mangeoire. Les Zoos reçoivent également des produits frais invendus. L’exploitant d’un zoo, par exemple, s’engage à prendre toutes les excédents de Aldi de branche. Il peut nourrir une petite partie de ses animaux. Le reste pourrit sur le compost. Si il n’est pas autorisé à transmettre quoi que ce soit, le contrat le veut. Trois pour cent des déchets sont incinérés dans des usines d’incinération d’ordures. Il ne reste que cinq pour cent, qui sont donnés à des organisations caritatives.

“Économiser de la nourriture avec les clients”

Aldi a mis une veste de durabilité et, selon ses propres déclarations, “envoie un signal clair que nous, en tant qu’entreprise, soutenons la lutte contre le gaspillage alimentaire”. Ce que l’on entend est une brochure de relations publiques numérique et un site Web dans lequel un” Ninja alimentaire " donne des conseils et des astuces au nom D’Aldi pour éviter le gaspillage dans la cuisine. Dès le début, le lecteur apprend en grandes lettres que chaque Suisse jette chaque année des aliments d’une valeur de plus de 600 francs dans les ordures ménagères.

Lidl, IG-Detailhandel Schweiz, Ikea, sv-group ainsi que le groupe de restauration ZFV et Nestlé participent également à cette présentation. Mais aussi L’Association suisse des agriculteurs IP-Suisse et Bio Suisse.

La stratégie derrière cela est évidente. En ce qui concerne le gaspillage alimentaire, l’accent ne devrait pas être mis sur les détaillants ou les producteurs, mais sur les consommateurs. “Food Ninja” admet: “nous causons tous des déchets alimentaires” et énumère où, pourquoi et combien est perdu dans la chaîne d’approvisionnement.

Les pertes dans le commerce de détail sont justifiées, entre autres, par le fait que les produits dépassent la date de conservation ou ne sont plus beaux. Pourquoi même la nourriture de haute qualité finit dans la poubelle, comme je devais le découvrir maintes et maintes fois dans mes échantillons, reste floue.

“Ninja alimentaire” souligne également que les dommages environnementaux augmente la nourriture plus tard est perdu dans la chaîne d’approvisionnement. Cela est dû à l’augmentation des émissions provenant du Transport et de l’emballage. C’est pourquoi éviter le gaspillage alimentaire à la fin de cette chaîne, " par exemple dans les restaurants ou dans les ménages […] est particulièrement important d’un point de vue environnemental”. Le commerce de détail n’est pas mentionné ici, bien qu’à ce stade les principales émissions de la production, de l’emballage et du Transport aient déjà eu lieu et éviter le gaspillage alimentaire serait donc tout aussi important.

Les pertes alimentaires dans le ménage s’expliquent-à juste titre-par le fait que souvent “trop est acheté”. “Food Ninja” cache le fait que le commerce de détail en est en partie responsable en favorisant l’achat d’offres au lieu d’un achat axé sur l’utilisation avec ses offres spéciales et en incitant ainsi les consommateurs à acheter trop.

Les fabricants et les détaillants essaient donc de transférer la responsabilité principalement aux consommateurs finaux. C’est ce qu’on appelle” économiser de la nourriture avec les clients”.

En aucun cas, cependant, les clients ne devraient pêcher de la nourriture dans les poubelles D’Aldi. Là, Aldi met en garde contre les conteneurs sur les affiches:

Throw away the big one at aldi

“L’enlèvement/le stockage des déchets de / dans les conteneurs est strictement interdit! Toute infraction sera signalée à la police. La Zone est sous surveillance vidéo. Simplement Aldi.”

En fait, il suffirait d’indiquer Qu’Aldi n’assume aucune responsabilité pour ces aliments éliminés. Parce que cela s’applique, ce que le parquet de Bâle a expliqué à la demande de Greenpeace :" si quelqu’un jette de la nourriture dans une benne à ordures, qui doit être envoyée exclusivement pour la destruction, alors tout le monde peut en disposer. Ce n’est pas un cadeau à la poubelle ou quelque chose comme ça. Le propriétaire de la nourriture accepte la destruction. Ainsi, il abandonne la garde et aucune nouvelle garde n’est établie."