Logo
Cover

Les Amys rentrent chez eux

Je pense que C’est un bavardage de Trump, qui a déjà menacé à plusieurs reprises, en particulier L’Allemagne, de sorte que l’OTAN sera finalement pompée pleine d’argent des contribuables.

Que des troupes sont stationnées en Pologne, même si les Polonais aiment se prostituer parce qu’ils ne sont pas éduqués, je pense pour le moment une rumeur. Il y a des traités qui interdisent une telle chose. Bien sûr, les états-unis a été connu depuis longtemps que les contrats ne valent rien tant qu’ils ne sont pas canonisés par Trump, Pompeo & co.

Le Ministère russe des Affaires étrangères y arrive très bien, c’est pourquoi je suis heureux de publier le texte correspondant ici.

The americans go home

Sur les déclarations des autorités américaines concernant le retrait d’une partie du contingent américain d’Allemagne

Nous avons remarqué la déclaration du Président américain Donald Trump concernant l’intention de réduire de presque un tiers le contingent américain déployé en Allemagne.

De notre côté, nous saluerions toute action de Washington pour retirer réellement sa présence militaire en Europe. Ces démarches contribueraient indéniablement à réduire le potentiel conflictuel et la tension militaro-politique dans la région euro-atlantique. Je rappelle que Moscou a toujours déclaré que le maintien de forces armées américaines conséquentes en Allemagne après sa réunification en 1990 était un vestige de la Guerre froide.

Nous sommes convaincus que les pays européens, qui plus est aussi puissants que l’Allemagne, sont tout à fait capables d’assurer eux-mêmes leur sécurité sans tutelle américaine importune dans les réalités géostratégiques actuelles. D’autant qu’elle n’est pas du tout gratuite. Régulièrement, Washington donne instamment des “directives” aux alliés européens, notamment à Berlin, pour qu’ils augmentent leur contribution au budget de l’Otan. Et il le fait de manière arrogante.

Tout en sachant que les intentions déclarées par l’administration américaine de retirer son contingent de l’étranger ne vont souvent pas plus loin que les déclarations. Elles ne sont pas suivies par des démarches pratiques. Par exemple, en Syrie, malgré les multiples déclarations du Président américain Donald Trump concernant la décision de quitter définitivement ce pays, le Pentagone transgresse les normes internationales et à l’encontre du bon sens maintient ses unités et ses bases. Et il ne prend pas la peine de s’expliquer.

En ce qui concerne l’initiative en question de la Maison blanche, elle suscite également la méfiance puisque les soldats américains déployés en Allemagne sont invités à “déménager” en Pologne voisine. Je souligne que la reconfiguration de la présence militaire des États-Unis en Europe en direction des frontières russes ne fera qu’aggraver la tension déjà élevée en matière de sécurité sur le continent, et compliquera les perspectives d’établissement d’un dialogue constructif entre la Russie et l’Otan dans le secteur militaro-politique. Il est clair que certains, à Varsovie, voudraient tirer un trait sur les engagements fixés dans l’Acte fondateur Otan-Russie. Mais cette ligne est inadmissible pour nous.

Quoi qu’il en soit, si Washington a réellement l’intention de retirer progressivement des unités américaines du territoire allemand, il doit retirer en même temps l’arme américaine nucléaire non stratégique déployée sur le territoire allemand. D’autant que les Américains continuent de s’exercer activement à sa manipulation pratique lors des “missions nucléaires conjointes” avec la participation de membres de l’Otan non nucléaires, ce qui transgresse les termes de base du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises.