Logo
Cover

La Russie a de l'humour

Le ministre des Affaires étrangères de L’Union européenne, Josep Borell, a parlé de la fin prochaine de la domination occidentale mondiale. Quelque chose qui, surtout en Allemagne, aime être supprimé bien qu’il y ait des traces correspondantes que personne ne peut nier.

Dans l’histoire, il y a toujours eu une fin aux âges, du Moyen Age, de L’Empire romain, des découvertes de l’Amérique, De La révolution industrielle, des 1000 ans D’Empire et de la guerre froide. Les gens se développent dans le monde entier et l’Occident n’a pas réussi à travailler ensemble, à partager, à prendre, à asservir et à mener des guerres. Il existe d’autres systèmes, d’autres pensées et d’autres moyens qui peuvent être contestées.

Maria Zakharova, la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères a abordé la question et a répondu avec humour russe.

Sur les déclarations de Josep Borrell concernant “la fin du leadership américain”

Nous avons remarqué les récentes déclarations de Josep Borrell, Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, pendant la réunion des ambassadeurs et des représentants permanents en Allemagne en visioconférence. Tout cela était couvert par les médias. Il a déclaré que le nouveau coronavirus avait servi de “catalyseur de l’histoire”. Selon Josep Borrell, ce que les analystes évoquaient depuis longtemps est arrivé: “la fin du leadership américain”, le début du “siècle de l’Asie”. C’est une déclaration intéressante du point de vue des analystes auxquels se réfèrent nos partenaires européens.

Nous avons procédé à une analyse de l’histoire récente pour savoir quels analystes avaient formulé de telles prévisions il y a quelques années. Voici quelques citations très intéressantes.

Le 15 janvier 2015: “Au fur et à mesure que les États-Unis et tout l’Occident “historique” perdent leurs positions de domination absolue dont ils bénéficiaient pendant au moins 500 ans, […] de nouveaux centres de croissance économique, d’aide financière, d’influence politique apparaissent au vu du déroulement naturel de l’histoire […], les États-Unis, malheureusement, recourent à des méthodes illégitimes pour tenter de stopper la réduction de leur rôle relatif dans la politique mondiale.”

Le 29 mars 2017: “Il faudrait reconnaître que le monde a changé et qu’il est différent par rapport à ce qu’il était il y a quelques centaines d’années quand l’Occident jouait un rôle dominant.” “Nous vivons dans un monde polycentrique. Qu’on l’appelle multipolaire, polycentrique ou plus démocratique, le processus est en cours.”

Le 24 août 2015: “Nous assistons à la fin d’une très longue période de domination historique, économique, financière et politique de l’Occident. Cela a duré des centaines d’années. Aujourd’hui, cette époque entre en contradiction objective avec la formation réelle de nouveaux centres de force, notamment dans la région Asie-Pacifique. […] Ce n’est certainement pas facile de reconnaître que sa domination, pratiquement sans partage durant des siècles, touche à sa fin.”

Le 20 octobre 2014: “Nous n’avons pas simplement affaire au début d’une nouvelle étape historique, mais de toute évidence à un changement d’époque. […] un tableau du monde foncièrement nouveau qui ne s’inscrit pas dans la vision établie depuis des siècles de la domination de l’Occident dans l’économie, les finances et la politique mondiales.”

Qui est cet analyste qui a prévu tout ce dont parlent aujourd’hui nos partenaires de l’UE en répétant littéralement les citations datant de trois, quatre ou cinq ans? Vous n’allez pas le croire, mais c’est le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.