Logo
Cover

Des armes pour la Libye

Le 24 janvier, un navire appelé “Bana” a quitté le port turc de Mersin. Quatre jours plus tard, il a disparu des sites de suivi, car il avait éteint son transpondeur. Il n’est jamais arrivé à la destination initialement indiquée en Tunisie. Au lieu de cela, il est réapparu dans le port de Tripoli le 29 janvier, ce que “BBC Africa Eye” a pu prouver sur la base d’images satellites.

Le" Bana " était escorté par une frégate militaire, qui n’est utilisée que par la marine turque. Le navire était chargé de canons antiaériens, de véhicules blindés et de canons. Cela montre une vidéo de la cale qui a été posté sur Twitter en Janvier 30. La “BBC” a également été en mesure de prouver, sur la base d’autres images que ceci vient de la “Bana”.

Quelques jours après la Conférence de paix de Berlin

Le voyage est venu quelques jours seulement après une conférence de paix préparée depuis longtemps à Berlin, qui devait s’avérer être un échec quelques jours plus tard. La réunion de plusieurs chefs d’Etat, le 19 janvier, avait été destinée à arrêter les transferts d’armes à la Libye. Sinon, comme les participants l’ont apparemment convenu, la guerre ne pouvait pas être arrêtée. Parmi les signataires de l’embargo convenu était le président turc Erdogan.

Après le" Bana " avait quitté Tripoli, elle a mis le cap sur Gênes. Cinq marins qui se trouvaient à bord pendant le voyage ont témoigné en Italie que des armes avaient effectivement été à bord. Des photos prises par les autorités italiennes le confirment. Dans la cale, des traces claires des véhicules qui y avaient déjà été stationnés peuvent être vues.

Le gouvernement turc n’a pas répondu à une demande de la BBC. Outre la Turquie, Les Émirats Arabes Unis n’ont pas respecté l’Embargo convenu.

L’envoyé spécial des Nations unies Ghassan Salamé a démissionné en mars 2020 en raison des violations flagrantes d’un Embargo nouvellement convenu.