Logo
Cover

Les plus grands pollueurs de CO2 sont les compagnies pétrolières

L’année dernière, Le Climate Accountabily Institute a compilé une liste des entreprises qui ont le plus contribué au changement climatique des années 1960 à 2017. Sans surprise, les entreprises qui promeuvent et traitent les combustibles fossiles sont au sommet, quelle que soit la façon dont elles se financent. Au-dessus de deux états et deux entreprises privées.

Les 20 premiers “pécheurs climatiques” sont Saudi Aramco, Chevron, Gazprom et ExxonMobil, listes du Guardian. Ces quatre entreprises à elles seules ont causé dix pour cent des émissions mondiales de CO2 générées depuis 1965. Ensemble, le “Top 20” a soufflé plus d’un tiers (35 pour cent) de tous les équivalents de CO2 liés à l’énergie dans l’air, soit un total de 480 milliards de tonnes de CO2eq.

Guardian Graphic

Les 20 plus grands “pécheurs climatiques” étatiques (noirs) et privés (jaunes) ont fait exploser quelque 480 milliards de tonnes d’équivalents CO2 entre 1965 et 2017. Le plus grand pollueur est la société D’état Saudi Aramco. (Chiffres en milliards de tonnes de CO2eq, données: Heede, graphique: The Guardian).

Le géographe Richard Heede, qui a compilé le classement, a utilisé la production annuelle de pétrole, de gaz naturel et de charbon rapportée par les entreprises. Il a calculé combien de carbone et de méthane ont été libérés dans l’atmosphère tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Heede, qui était déjà impliqué dans plusieurs œuvres similaires, a choisi 1965 comme point de départ. À cette époque, les effets attendus du changement climatique étaient manifestement connus à la fois de “Big Oil” et du gouvernement américain. En novembre 1965, par exemple, le président américain de L’époque, Lyndon Johnson, a publié un rapport décrivant les effets probables de la poursuite de la production de combustibles fossiles sur les températures mondiales.

“Les grandes entreprises et les groupes d’intérêt le savent depuis la fin des années 1950”, explique M. Heede. Ils auraient préféré ignorer les conséquences. Une étude publiée en 2019 a montré que les cinq plus grandes sociétés pétrolières et gazières cotées dépensaient 200 millions de dollars par an pour freiner, bloquer et combattre le changement climatique.

Climate Lobbying

La population mondiale entière en paie le prix

Michael E. Mann, l’un des climatologues les plus connus au monde, a déclaré: “la grande tragédie de la crise climatique est que sept milliards et demi de personnes doivent payer le prix sous la forme d’une planète dégradée pour que quelques dizaines de pollueurs puissent continuer à faire des profits records.”

Pour Mann, c’est un “grand échec moral du système politique.“Mann est l’un des trois initiateurs du célèbre “hockey stick curve”. Dans le passé, il a poursuivi à plusieurs reprises les entreprises qui ont discrédité ses recherches. Il est grand temps de demander des comptes aux pollueurs, souligne également Heede en vue du prochain cycle de la Conférence sur le climat.

Les consommateurs sont (eux-mêmes) à blâmer

Le “Guardian” a confronté le top 20 avec la liste de Heede, huit sociétés a répondu. Certains croient que ce n’est pas eux, Mais les consommateurs, qui polluent l’air de la combustion de combustibles fossiles. Ils ne sont donc pas directement responsable. Plusieurs entreprises ont nié qu’elles étaient déjà au courant du début de la crise climatique dans les années 1950, ou que toute l’industrie avait travaillé pour retarder les mesures de protection du climat.

Les entreprises reconnaissent la science climatique

De prétendre que la crise climatique n’existe pas, après tout, est hors de la table pour “Big Oil”. Les groupes ont explicitement déclaré qu’ils acceptaient la science du climat et soutenaient les objectifs énoncés dans l’accord de Paris sur le climat. Tout le monde a souligné qu’ils font des efforts pour promouvoir les énergies renouvelables.