Logo
Cover

Aide d'urgence et moyens de subsistance

Pour les indépendants, les indépendants et les micro-entreprises, les Coronahilfen “Non bureaucratiques” sont plutôt une déception selon la situation des choses. Bien que des États fédéraux comme la Bavière et la Basse-Saxe aient été les premiers à lancer leurs propres programmes, comme ils ne se lassent pas de le souligner, ceux-ci n’ont servi qu’à rehausser leur profil politique, comme il s’avère maintenant. Dans la pratique, les mesures, dans lesquelles il y avait aussi des difficultés techniques de démarrage massives, se sont avérées inutilisables. Les personnes touchées se heurtaient à des obstacles plus ou moins insurmontables ainsi qu & apos; à la menace de ne pas commettre de fraude aux subventions. Par conséquent, l’aide d’urgence urgente des Länder sera également remplacée par un programme fédéral, qui soulève également des questions. Néanmoins, l’Astuce des princes de l’état fonctionne, car il n’y a guère de critique de leur approche.

Des pays comme la Bavière et la Basse-Saxe font beaucoup de bruit. Ils ont spécialement conçu et lancé une aide d’urgence pour les travailleurs indépendants, mais ils ont également fourni à ceux-ci des conditions difficilement satisfaisantes en petits caractères. Par exemple, les subventions ont été liées à des fonds liquides encore existants, en bref des réserves. Ceux - ci auraient dû être utilisés en premier. C’est étrange, car de telles réserves sont généralement formées pour la maladie, les périodes de vacances, d’autres provisions et pour les futures acquisitions d’entreprises. Bien sûr, ces réserves servent également à amortir les fluctuations de la situation de l’ordre, mais avec un arrêt National, ordonné par les autorités, l’emploi rémunéré normal est pratiquement impossible. Comment peut-on justifier que les travailleurs indépendants consomment d’abord leurs réserves, alors que d’autres groupes professionnels continuent de recevoir un salaire ou une indemnité salariale, ce qui n’est évidemment pas lié au montant des réserves?

Programmes De Spectacle Politique

Toute personne qui a réussi depuis la semaine dernière à soumettre une demande malgré des capacités de serveur surchargées dans de petites banques promotionnelles telles que NBank en Basse-Saxe est maintenant autorisée à traiter le sujet une fois de plus. Depuis le 1er avril, un programme d’aide fédéral a remplacé l’initiative de l’État fédéral, qui avait été conçue avec des obstacles relativement élevés et trop peu d’avantages plutôt défavorables pour les travailleurs indépendants, les indépendants et les micro-entreprises. Dans L’exemple de la Basse-Saxe, les subventions ne pouvaient être demandées que si une situation économique menaçante existait. Ceci est vaguement libellé, puisque le Shutdown n’est en vigueur que depuis la mi-Mars et de nombreux frais sont encore susceptibles d’être payés, avec lesquels les personnes touchées peuvent payer leurs factures en avril. Selon la directive, il ne devient menaçant d’existence que si la baisse soudaine des commandes est également perceptible par un manque de réception d’argent. Bien sûr, c’est plus le cas pour certains d’entre eux, car les événements peuvent ne plus avoir lieu par des ordres généraux ou des installations dans lesquelles le personnel payant est actif doivent rester fermées.

Par conséquent, du point de vue des personnes touchées, la menace pour leur existence existe déjà avec L’arrêt, puisque les pertes sont immédiatement prévisibles pour eux. Cependant, selon la directive, vous ne pouvez soumettre une demande en Basse - Saxe s’il y a eu une baisse des ventes ou des frais d’au moins 50 pour cent par rapport aux ventes mensuelles moyennes de l’année précédente ou s’il y a une pénurie de liquidités à court terme, ce qui est généralement exclu initialement s’il y Si les conditions étaient néanmoins remplies, il y aurait eu 3 000 euros d’aide d’urgence provenant de fonds publics en Basse-Saxe pour un maximum de cinq employés. En Bavière, il serait même 5000 euros. Cependant, il aurait fallu consommer des actifs privés liquides encore disponibles avant. Ce qui est absurde. Il faut donc parler de programmes de spectacle politique qui sont inutiles pour ceux qui sont touchés, mais utiles pour ceux qui sont au pouvoir. Ils ont gagné le profil grâce à des titres bienveillants et l’attention du public approprié. La Bavière et la Basse-Saxe se sont toutes deux vantées d’avoir été les premiers pays à devenir rapidement actifs pour les petites entreprises.

Un ministre d’État responsable comme Bernd Althusmann en Basse-Saxe n’aurait apparemment pas pu deviner que les capacités de serveur limitées d’une petite banque de développement en Basse-Saxe n’ont pas joué un rôle. Il s’est excusé pour la panne technique, mais est immédiatement Revenu à un mode de vente positif. Le nombre d’employés a augmenté et des formulaires ont été mis à disposition pour téléchargement en plus des applications en ligne. Maintenant, il y a maintenant des dizaines de milliers de demandes, dont un nombre considérable (plutôt lamentablement) a déjà été traité et positivement accordé. Ainsi, l’aide arriverait, se réjouit le ministre, se référant à des réactions positives non spécifiées du pays. Il loue également ce programme fédéral qui remplace en principe ses mesures inaptes.

Le Ministère de l’économie remplace donc aujourd’hui la directive “protection des liquidités pour les petites entreprises”, entrée en vigueur le 24 mars, par deux nouvelles directives. La Basse-Saxe a été l’un des premiers états fédéraux à lancer son propre programme D’aide D’urgence Corona. [ … ] Un prélèvement de réserves personnelles ou d’entreprises n’est plus nécessaire pour les deux directives. Ceux-ci ne sont pas comptés dans une subvention. Ministre des Affaires économiques Dr Bernd Althusmann: “au cours des deux dernières semaines, nous avons négocié intensivement avec le gouvernement fédéral sur les conditions de L’aide de liquidité. Je suis très satisfait du résultat. Les nouvelles lignes directrices sont plus simples, moins bureaucratiques et mieux dotées. Le calcul du goulot d’étranglement des liquidités est moins restrictif et les fonds liquides provenant de fonds propres ou de fonds tiers ne sont pas utilisés. De cette façon, nous pouvons garantir à toutes les petites entreprises de Basse-Saxe un soutien et un soutien Maximum en ces temps difficiles.”

Cependant, le ministre le présente comme si les Länder avaient amélioré les conditions de financement lors des négociations avec le gouvernement fédéral. On se demande seulement pourquoi les programmes nationaux ont été si mal conçus. Malheureusement, il n’y a pas eu de questions à ce sujet lors de la conférence de presse de l’état au ministre. Les personnes touchées, qui ont déjà demandé des fonds de l’état, peuvent donc à nouveau faire un effort pour les fonds fédéraux. Les deux seront alors facturés les uns contre les autres. Le recours aux liquidités existantes n’est plus explicitement requis. Cependant, le programme fédéral vise aussi uniquement à remplacer les charges courantes de fonctionnement, qui ne peuvent plus être financées par les revenus. Donc, si vous pouvez toujours couvrir vos dépenses d’exploitation à partir de revenus réduits, même si ceux-ci s’élèvent à 50 ou plus pour cent, vous serez probablement à court d’argent.

Menace existentielle reste

Travailleurs autonomes en Solo, il y a plus de travailleurs autonomes avec des employés supplémentaires. Ils ont généralement de faibles frais d’exploitation. Vous travaillez déjà à domicile ou partagez un lieu de travail dans une communauté de bureau. Peu d’entre eux sont susceptibles d’avoir loué leurs propres bureaux, pourquoi même si vous gagnez votre vie, par exemple, en tant que conférencier dans un établissement d’enseignement ou en tant qu’entraîneur indépendant dans une école de danse. Toutefois, les coûts de fonctionnement à couvrir par les programmes d’aide comprennent les loyers et les baux ainsi que les prêts pour les locaux ou les paiements de location. Les coûts de la vie ne sont pas explicitement inclus dans les coûts de fonctionnement, comme le soulignent les conditions de financement. Cela signifie que les personnes concernées doivent également contacter l’agence pour l’emploi si elles ont volontairement cotisé à l’assurance chômage et ont droit à l’allocation de chômage I ou directement à l’agence pour l’emploi afin de demander la sécurité de base (allocation de chômage II).

Malgré l’accès simplifié, il l’a toujours en lui. La proposition principale comporte à elle seule six pages. À cette fin, les pièces jointes doivent être remplies et soumises aux fins de la détermination des revenus et de la situation financière, de la détermination des coûts raisonnables de logement et de chauffage, de la sécurité sociale ou de la déclaration provisoire ou définitive des revenus d’une activité non salariée, d’une activité commerciale ou d’une activité agricole et forestière au cours de la période d’autorisation. Est-ce simple? Après tout, il s’agit de moyens de subsistance. Il est également oublié que la sécurité de base signifie un taux standard de 432 euros pour les personnes seules. Les dirigeants politiques considèrent cela comme approprié et louent la fonctionnalité de l’État providence dans leurs discours. Les Associations comme la parité la voient tout à fait différemment. Ils ne considèrent pas la sécurité de base comme une garantie de subsistance et exigent donc une augmentation des taux standard, par exemple pour assurer une alimentation équilibrée. L’une des raisons en est que de nombreux panels ont dû fermer à la suite de la crise corona. Ces institutions avaient organisé une sorte de soins de remplacement pour les nécessiteux sous le régime Hartz IV, ce qui en soi est un scandale.

Les travailleurs indépendants solitaires ne sont donc pas sauvés de l’existence par la référence à la sécurité de base, mais entraînés précisément dans cette situation. Leurs réserves ne restent pas non plus protégées, mais doivent néanmoins être utilisées à des fins de compensation en raison des prestations sociales beaucoup trop faibles. Qu’est-ce qui distingue réellement les indépendants en solo des directeurs généraux D’une GmbH? Les deux ont besoin d’argent pour leur subsistance. Le premier fait des retraits privés de son entreprise, qui ne sont pas reconnus comme des coûts d’exploitation et n’ont également aucune influence sur le bénéfice de l’entreprise, avec le Directeur Général De La GmbH cela semble différent. Son salaire, ainsi que les salaires des employés, font partie des coûts d’exploitation, qui ont un effet réducteur sur le bilan de l’entreprise. Ou en bref: les coûts de la vie du directeur général sont évalués différemment de ceux du travailleur indépendant solo. La GmbH peut continuer à payer le salaire du directeur général et envoyer des employés dans un travail à court terme grâce à des subventions de l’Etat. Les travailleurs indépendants en solo ne peuvent pas le faire. Il doit accepter la perte de revenu et demander une aide sociale.

Mais ce n’est pas tout. Afin de compléter l’enchevêtrement des demandes, le gouvernement fédéral a également imposé le supplément pour enfants d’urgence pour les parents ayant perdu des revenus, qui n’est accordé que si certaines limites de revenu minimum sont atteintes. Ici aussi, on prétend-cette fois-ci par un ministère dirigé par le SPD - qu’un service sera rendu plus accessible. Mais cela ne devient pas plus facile pour les personnes concernées ici non plus, car elles doivent se demander quelles applications elles devraient maintenant faire et si celles-ci ne se gênent pas les unes les autres. L’information téléphonique n’est guère possible dans les conditions actuelles. Ainsi, il reste à constater que la multitude de règles individuelles ne contribue guère à un rapprochement simple de la crise, mais déclenche plutôt de nouvelles incertitudes et injustices. Ainsi, à la fin, contrairement à toutes les assurances des ministères, beaucoup de gens sont laissés seuls.