Logo
Cover

L'Occident achète l'Ukraine

Alors que dans les pays occidentaux, les citoyens se plaignent du retrait des droits démocratiques à la suite de la crise de la Couronne, L’Ukraine est préoccupée par rien de moins que la perte de la dernière réalisation restante, les terres agricoles, qui appartient à sept millions de petits agriculteurs et l’état. Le président Volodymir Selensky a utilisé les dispositions de la quarantaine corona, en vertu de laquelle les manifestations sont interdites, pour fouetter par une loi foncière dans la Verkhovna Rada, le Parlement ukrainien, qui correspond aux intérêts des grandes exploitations agricoles ukrainiennes et après un référendum permet également la vente de terres agricoles à des oligarques étrangers.

259 sur 450 députés Rada ont voté pour la nouvelle loi foncière lors d’une session extraordinaire du Parlement mardi soir. Selensky avait exhorté l’adoption de la loi. Il fait ainsi suite à une demande du FMI, qui a conditionné le paiement des prochains prêts de huit milliards d’euros à l’adoption d’une nouvelle loi foncière. Mardi soir, le vote a eu lieu en session extraordinaire après un an de débat sur la loi. La population n’a pas été incluse dans le débat. Les protestations de diverses organisations sociales et aussi de nationalistes ont été ignorées. Selensky a justifié l’adoption de la loi foncière au motif que L’Ukraine serait en danger de faillite si le prêt du FMI ne venait pas.

Les petits exploitants sont dépassés

Selon la loi foncière, le moratoire sur la vente de terres agricoles, introduit en 2001, sera levé en juin 2021. D’ici 2024, pas plus de cent hectares peuvent être vendus à une personne de nationalité ukrainienne. A partir de 2024, 10 000 hectares pourront alors être vendus à une personne ou une entreprise.

Le plus grand scandale de la nouvelle loi est l’expropriation rampante de sept millions de petits exploitants agricoles. Ce sont d’anciens ouvriers des fermes collectives, qui ont été attribués à quatre hectares de Terres lorsque les fermes collectives ont été privatisées.

L’Ukraine a une superficie de plus de 60 millions d’hectares. 28 millions d’hectares appartiennent aux anciens ouvriers du kolkhoz ou à leurs enfants.1 dix millions d’hectares appartiennent à l’etat. Ces chiffres comprennent la Crimée et le Donbass.

75% des anciens travailleurs du kolkhoz ont loué leurs terres à de grandes exploitations agricoles. Après la nouvelle loi foncière, les locataires - principalement les grandes exploitations agricoles, les fonctionnaires et les structures mafieuses ont un droit préférentiel d’acheter les terres louées. Si le locataire ne souhaite pas acheter le terrain, il peut céder son droit à l’achat d’une autre partie intéressée. Le propriétaire réel du terrain n’a aucun droit d’opposition.

Les agro-exploitations paient actuellement aux petits agriculteurs un loyer pitoyablement bas de seulement 47 dollars par hectare. En Pologne, Les frais de location pour un hectare est de 235 euros.

Dans une enquête menée par l’Institut D’économie agricole en 2017, seulement dix pour cent des petits agriculteurs étaient prêts à vendre leurs terres. La raison en est simple. Le sol assure la survie de ses propriétaires, en particulier dans les temps économiquement difficiles.

En raison du pouvoir réel des locataires, il est prévisible qu’il n’y aura pas de ventes aux enchères lors de la vente du terrain, indique le portail Internet Ukrainien Strana.ua. et avec le paiement de la terre achetée, les nouveaux barons fonciers prendraient leur temps.

Du serviteur au traître du peuple

Il n’était pas clair combien de députés du parti,” serviteurs du peuple”, voteraient pour la loi foncière. Selensky a perdu le soutien de son parti ces derniers mois.

226 voix ont été nécessaires pour adopter la loi. Mais seulement 206 Députés de” serviteurs du peuple " ont voté pour la loi. Deux ont voté contre. 35 “serviteurs du peuple” n’ont pas voté.

Mais le parti selensky affaibli est venu en aide à des groupes parlementaires pro-occidentaux et des groupes de députés, 23 membres du Parti “solidarité européenne” de L’ancien président Petro Porochenko, 13 membres du parti “Golos” du chanteur de rock Sviatoslav Wakarchuk, 12 membres du groupe” trust " des députés et cinq membres non inscrits.

La “plate – forme d’opposition-pour la vie” et le parti “patrie” de Ioulia Timochenko ont voté contre la loi. Les deux parties veulent contester la terre nouvelle loi devant la cour constitutionnelle. La plate-forme de l’opposition a déclaré que le Règlement intérieur du Parlement avait été violé. Au moins 226 députés sur un total de 450 auraient dû participer au débat sur la loi. Mais il n’y avait que 126 membres dans la chambre. En outre, il n’était pas permis par la loi pour être adopté lors d’une séance extraordinaire.

Igor Kolomoiski ne revient pas

Le FMI a posé une condition supplémentaire pour le décaissement d’un nouveau prêt. Le Fonds Monétaire a appelé à une loi sur la restructuration bancaire, ce qui rend impossible pour l’oligarque et promoteur Selensky Igor Kolomoiski de récupérer sa banque privée, qui a été nationalisée en 2016. Cette loi a également été adoptée par la Rada.

La nationalisation de Privat Bank a été réalisée par le Président de l’époque, Petro Porochenko, qui a vu Kolomoiski comme un concurrent économique et politique. La nationalisation de Privat Bank était justifiée par le fait que Kolomoiski, avec un partenaire commercial, avait transféré cinq milliards de dollars de Privat Bank à des sociétés écrans auto-fondées dans des paradis fiscaux.

Il n’est pas certain que Selensky Survive politiquement à sa marche à travers le Parlement ukrainien. Selenski, qui a fait campagne contre la corruption et les oligarques, a trahi ses électeurs. Après la fin de la période de quarantaine, il pourrait y avoir des manifestations extra-parlementaires. Avec un tel développement, le parti au pouvoir “serviteurs du peuple” Parti continuerait à perdre sa cohésion, ce qui rend de nouvelles élections législatives possibles.