Logo
Cover

Tendances des transferts internationaux d'armes

Les 29 Pays de l’OTAN représentent 52% des dépenses militaires mondiales. Y compris les pays coopérant et manoeuvrant avec L’OTAN tels que le Japon, L’Australie, la Corée du Sud, Israël, la Géorgie, L’Ukraine, L’Arabie Saoudite, Les Émirats arabes unis (EAU), La Suède et d’autres, le chiffre est proche de 70 pour cent.

Mais le reste du monde est également largement amélioré par l’Occident. En particulier dans les zones de crise. Comme L’Institut de recherche sur la paix de Stockholm SIPRI l’a publié en Mars dans une fiche d’information, “Trends in international Arms Transfers”, 2019, 60% de toutes les exportations mondiales d’armes proviennent des États-Unis (36%) et de l’UE (24%), plus précisément: des forges d’armes de ces régions. SIPRI compare les périodes de cinq ans afin de niveler autant que possible les fluctuations annuelles: ici 2010 à 2014 avec 2015 à 2019.

Trends in international arms transfers

Avec une part de plus d’un tiers (34%), les États-Unis sont de loin le plus grand marchand d’armes au monde. Alors que le pays a un déficit rouge profond dans la balance commerciale civile, il a un énorme excédent dans la “balance de la mort”: la part mondiale des exportations d’armes 34% est assortie d’un ratio d’importation d’armes 2%.

La Russie, dont la part est passée de 27% à 21%, occupe toujours la deuxième place parmi les exportateurs d’armes. La baisse de 18 pour cent est due à la réduction des livraisons d’armes à L’Inde. 55% des exportations d’armes sont allées aux trois principaux destinataires: L’Inde, la Chine et L’Algérie.

Après la troisième place la France (7,9% de part), L’Allemagne (5,8%) arrive quatrième, devant la Chine (5,5%). Les cinq premiers pays fournissent près des trois quarts (74,2%) de toutes les armes qui franchissent légalement les frontières. Parmi les 20 premiers figurent 12 Pays de l’OTAN en tant qu’exportateurs, avec une part totale de 62,3%.

USA et France: augmentation Massive des exportations d’armes

Les taux de croissance de certains pays sont particulièrement frappants. Alors que l’augmentation moyenne en 2015-2019 par rapport à la période de cinq ans précédente était de 5,5%, les fabricants D’armes américains ont augmenté leur domination avec une augmentation de 23 pour cent. Les États-Unis équipent à eux seuls la moitié du monde: 96 pays sont approvisionnés en armes fabriquées aux États-Unis. Les exportations d’armes vers le Moyen-Orient représentaient 51% des exportations totales D’armes des États-Unis. Ils ont augmenté de 79% en 2015-2019 par rapport à la période de 2010 à 2014.

“Les exportations d’armes font partie de la politique étrangère et de sécurité des États-Unis, c’est pourquoi le gouvernement américain Les promeut activement”, explique Pieter D. Wezeman, chercheur au SIPRI: selon la formule de Clausewitz: “la guerre est la simple continuation de la politique par d’autres moyens.“Parce que les États-Unis livrent principalement aux zones de tension et de guerre. La moitié des exportations D’armes américaines sont allées au Moyen-Orient, la moitié à L’Arabie Saoudite, le pays qui mène une guerre impitoyable au Yémen. À L’inverse, Riyad reçoit près des trois quarts (73%) de ses importations d’armes en provenance des États-Unis, 13% du Royaume-Uni, 4,3% de la France. En outre, en 2019, le gouvernement américain a approuvé la vente de 59 000 bombes guidées à L’Arabie Saoudite.

Les Émirats Arabes Unis (eau), qui faisaient également partie de la coalition de guerre du Yémen et sont également impliqués dans la guerre Libyenne, couvre les trois quarts de ses importations d’armes via les États-Unis et 11% via la France.

Dix milliards d’euros pour un nouveau bombardier nucléaire Allemand

Les États-Unis fournissent principalement des avions de guerre au monde, en particulier au Moyen-Orient. Mais les ventes D’avions de guerre américains augmentent également en Europe occidentale et centrale. Comme le rapporte le SIPRI, les États européens ont importé au total 59 nouveaux avions de guerre américains l’année dernière. À la fin de 2019, cependant, le nombre de commandes D’importation était déjà de 380 Jets (356 F-35 et 24 F-16).

Il se peut qu’un important ordre allemand soit ajouté. L’armée de l’Air veut remplacer 90 bombardiers Tornado d’ici 2025. Mais il ne s’agit pas d’avions de combat “normaux”, mais du remplacement des porte-armes nucléaires. Ces tornades ont été conçues pour transporter et déposer des bombes atomiques américaines-Par exemple les 20 bombes atomiques américaines stationnées à Büchel – dans les zones cibles désignées dans le cadre de la” participation nucléaire de l’Allemagne”. Les pilotes de l’escadron 33 de la force aérienne tactique allemande se sont entraînés régulièrement avec vos tornades au largage de ces bombes.

L’armée et le Ministère de la Défense sont à la recherche d’un nouvel avion pour ces tornades, qui seront bientôt déclassées. Un choix de deux constructeurs: le groupe Germano-Français Airbus avec un Eurofighter modifié et le groupe américain Boeing, avec son avion militaire F-18. A l’origine, le Ministre de la défense Kramp-Karrenbauer voulait décider en Mars si le groupe européen-ou–, si nécessaire. aussi en partie - le co-soumissionnaire américano-américain entre en jeu. La commande majeure a un volume de 10 milliards d’euros - dans l’approche initiale!

Plus dramatique encore, en pourcentage, l’augmentation des exportations D’armes de la France avec une augmentation de 72%. Les exportations d’armes vers le Moyen-Orient ont augmenté de 363% par rapport à 201014. La région a pris 52% des exportations d’armes françaises.

L’augmentation des exportations D’armes de l’Allemagne a également été bien supérieure à la moyenne (17%). Les fabricants allemands de la mort ont également bénéficié de la charge croissante du baril de poudre du Moyen-Orient. Un quart (24%) des exportations d’armes allemandes y sont allées. Les guerriers du Yémen eau et L’Egypte sont également parmi les récipiendaires.

Dynamite dans le baril de poudre

Le baril de poudre du Moyen-Orient a été dangereusement chargé cinq fois l’année dernière. Les importations d’armes des pays de cette région étaient 61% plus élevées en 2015-19 qu’en 2010-2014.L’Arabie saoudite a reçu plus d’un tiers (35%) de tous les transferts d’armes vers cette région, L’Égypte 16%, les Émirats Arabes Unis 9,7%, L’Irak 9,7%, le Qatar 9,6%. Les États-Unis ont fourni 53% de toutes les importations d’armes dans la région, la France 12%, La Russie 11%.

Un rôle particulier Qu’Israël joue dans la région du Moyen-Orient: il reçoit 2% de toutes les importations mondiales d’armes (+ 181%), mais exporte 3% de toutes les armes (+ 77%). Selon le Sipri, deux fois plus d’armes ont été livrées au Moyen-Orient en provenance d’Allemagne entre 2013 et 2017 que pendant la période de cinq ans précédente. Bien que l’accord de coalition stipule que L’Allemagne n’autorise plus les exportations d’armes vers les pays “tant qu’ils sont directement impliqués dans la guerre au Yémen”.

Trends in international arms transfers

Mais il continuera d’être approuvé et livré.parmi les dix principaux destinataires des exportations d’armes allemandes, deux pays participaient également à l’alliance de guerre dirigée par L’Arabie Saoudite en 2019: L’Egypte et les EAU. Également livré aux guerriers Yéménites Jordanie, Koweït Et Bahreïn. En 2018, des permis d’exportation d’armes d’une valeur de plus de 400 millions de dollars ont été délivrés pour L’Arabie Saoudite.

Rheinmetall bénéficie du " Super-cycle"

Alors que la division automobile de Rheinmetall se rétrécit, L’activité militaire tourne à plein régime en raison du “Super-Cycle” (PDG Arnin Pappberger) dans l’industrie de l’armement. Surtout parce que de nombreux pays de l’OTAN voient un" rattrapage " et augmentent leurs budgets d’armement. Mais aussi en raison de L’augmentation des exportations de défense Rheinmetall vers les pays non-OTAN, tels que L’Australie (fourniture de chars à roues Boxer) et le Moyen-Orient. La Bundeswehr passe également des commandes importantes, telles que 1000 (!) Camions militaires pour la logistique au prix de 382 millions d’euros. Les ventes militaires du Groupe basé à Düsseldorf ont augmenté de 7,6% et représentent désormais plus de la moitié des ventes du groupe. Le bénéfice de la division armement a augmenté de plus d’un tiers, à 343 millions d’euros.