Logo
Cover

Pourquoi les extrémistes de droite terrorisent les femmes, les juifs et les musulmans

Les Juifs étaient derrière le féminisme et le féminisme était à blâmer pour l’immigration de masse. Ces affirmations, de même en abstrues, peuvent inciter des terroristes de droite.

Comme le meurtrier dix fois de Hanau, l’assassin de Halle a déclaré dans sa vidéo: «Le féminisme est à blâmer pour la baisse du taux de natalité en Occident, qui est la cause de l’immigration de masse. La racine de ces problèmes est le Juif.

Ce fantasme de conspiration est répandu dans la scène de droite, a déclaré Anne Helm dans le magazine ARD “Panorama”.

Sujet de l’anti-féminisme

Helm est un homme politique du parti de gauche et analyse la radicalisation de la droite sur Internet. Elle dit qu’il est important de comprendre que l’anti-féminisme, l’antisémitisme et le racisme sont liés: «il ya une théorie du complot derrière cela. A savoir qu’une soi-disant élite financière juive, qui gouverne le monde, a inventé le féminisme sur la planche à dessin afin d’amener les femmes à avoir moins d’enfants, afin de détruire la race blanche et de provoquer un génocide contre les Blancs. Selon Helm, il est donc important de reconnaître l’antiféminisme comme un motif d’action. Il joue un rôle crucial dans la radicalisation. « Ce n’est que lorsque nous comprenons cela que nous pourrons y réagir en temps opportun et de façon préventive. »

L’antiféminisme unit les terroristes

L’antiféminisme, qui rejette l’égalité et diverses formes de vie, est considéré comme l’élément unificateur des terroristes de droite. De son point de vue, le féminisme permet une société multiculturelle qui devrait être strictement rejetée. Par exemple, dans son « manifeste », l’assassin de Christchurch (Nouvelle-Zélande) a blâmé le féminisme pour le fait que les femmes n’ont pas assez d’enfants et qu’il y a donc un « échange de population » avec les musulmans. Le meurtrier de masse norvégien Andres Breivik, qui ciblait les jeunes femmes, a écrit : « La montée du féminisme signifie la fin de la nation et la fin de l’Occident. »

Sexfrust des hommes

Au début de la radicalisation est souvent la frustration de ne pas avoir une petite amie, Helm dit. La frustration personnelle devient la colère contre toutes les femmes et le féminisme. Dans les groupes à prédominance masculine tels que les associations étudiantes, les clubs de football et les communautés sur Internet, les hommes frustrés entrent en contact avec l’affirmation que les Juifs étaient derrière le féminisme et donc aussi derrière la baisse des taux de natalité et l’aliénation alléguée. La politologue Judith Gotz a déclaré dans le magazine en ligne « ze.tt » que l’antiféminisme a une fonction de transition vers le centre de la société. Là, beaucoup subiraient la dissolution des rôles traditionnels de genre comme menaçant. Et il est plus acceptable d’être anti-féministe que ouvertement raciste.