Logo
Cover

La réforme des retraites en France

Selon l’interprétation officielle du gouvernement, l’objectif est de simplifier le système de retraite compliqué en France, composé de 42 Fonds de pension et règlements différents, de créer un fonds unique pour toutes les professions et de réduire le déficit de plusieurs milliards de dollars des fonds de pension. Cela en soi ne serait pas déraisonnable, c’est logique. Mais est-ce aussi le point? Pas vraiment. Il s’agit avant tout de donner au capital financier le libre accès au marché obligataire et d’ouvrir de nouveaux marchés.

UlyssePixel/shutterstock.com

Hollande et Macron s’unissent contre la classe ouvrière française

Lorsqu’on lui a demandé si Macron était un président des riches, L’ancien président Hollande a répondu Non, Macron était le président des super-riches. Et françois Hollande a eu à connaître. Après tout, C’est Lui qui avait recruté Macron. Hollande voulait marcher sur les chemins de Gerhard Schröder et Tony Blair et aussi faire de la social-démocratie française un parti “moderne” du centre. Il a donc, comme Blair et Schröder avant lui, est passé à une ligne favorable aux affaires. Il pourrait utiliser un économiste néolibéral expérimenté et ses liens avec le monde financier.

Macron semblait être l’homme qu’il fallait pour cela et il l’a donc amené à l’Elysée en 2012 et en a fait son conseiller en politique économique et financière. Auparavant, Macron était banquier d’investissement et associé (associé-gérant) à la Banque D’investissement Rothschild & Cie de Paris. En août 2014, sous la pression de Hollande et contre la volonté de la majorité du Parlement, Macron a été battu par un tour de procédure (Art. 49-3 de la Constitution française). Constitution]) ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique.

En juin 2015, Macron et Hollande ont fouetté une loi néolibérale, populairement connue sous le nom de loi Macron, à nouveau contre la majorité des députés et l’aile gauche du PS, à travers le Parlement avec le même tour de procédure mentionné ci-dessus. Guide de la loi avec plus de 200 articles est principalement la libéralisation de l’économie française. L’assouplissement des horaires d’ouverture des magasins et l’extension du travail du dimanche et de la nuit, ainsi que l’annulation ou, dans le cas des grandes chaînes, la réduction des indemnités pour les employés, ont rencontré une résistance féroce de la part des syndicats et de certaines parties de l’aile gauche du PS.

Début août 2016, une loi sur la réforme du marché du travail est entrée en vigueur. À l’époque, Macron était encore ministre de l’économie dans le gouvernement Hollande et a joué un rôle déterminant dans la rédaction de la loi. Selon néolibérale, nouvelle langue, il s’agissait d’une “modernisation du droit du travail”, à la charge des salariés et au profit des entrepreneurs, bien sûr. Les mesures qui y sont contenues sont classiquement néolibérales: assouplissement du droit du travail, accords au niveau de l’entreprise pour saper les conventions collectives, facilitation des licenciements et flexibilisation du temps de travail afin de réduire les suppléments légaux aux heures supplémentaires. Encore une fois, cette loi a été adoptée par le Parlement à l’aide de l’article 49-3. Il a été populairement appelé la “loi El-Khomri” du nom du ministre du travail de l’époque, El Khomri. La réponse des travailleurs et de leurs syndicats était Les “Nuits debout”, les veilleuses de nuit, mais elles sont mortes au fil du temps.

La séparation est venue peu de temps après. Macron n’était pas très populaire dans le PS social-démocrate. Surtout avec le premier ministre Valls, il a eu des disputes fréquentes. Il avait aussi probablement réalisé à temps que le PS subirait une défaite dévastatrice aux prochaines élections présidentielles. Il a donc quitté le navire en perdition à temps et a fondé son propre parti avec le LREM. Maintenant Macron voulait devenir président lui-même. Le 14 mai 2017, il prend la succession de François Hollande, qui n’avait même pas osé briguer un second mandat.

Préparés par une longue main: la réforme des retraites

Mais le projet le plus important du gouvernement Macron est la réforme des retraites. Parce que, même si ce n’est pas si évident à première vue: faire ici le plus gros frottement pour l’industrie financière.

Il est déploré que le système existant soit trop compliqué et déroutant. Un système uniforme pour toutes les professions doit maintenant en être fait. Cela semble logique et même le syndicat CFDT l’exige depuis longtemps. Et vous pourriez certainement améliorer le système. Mais ce n’est pas l’intention, secrètement, ils veulent saper le système de répartition.

Le plan est d’ajouter l’épargne des employés aux fonds de pension, qui à leur tour devraient les investir pour les cotisants sur le marché des capitaux. Ceci est d’autant plus irresponsable que les taux d’intérêt sont actuellement inférieurs au taux d’inflation, de sorte que les paiements attendus ne couvriraient même pas le montant versé plus tard. Les administrateurs des montants versés ne peuvent donc faire des bénéfices qu’avec la spéculation sur le marché boursier. Mais le prochain Black Friday est aussi sûr que L’Amen dans l’Église. Ensuite, tout est parti. Mais ce que le diable, il est dansé tant que la musique joue. Les actionnaires des fonds de pension perçoivent leurs dividendes, les intermédiaires perçoivent leurs commissions et à la dernière valse on quitte le terrain. Ensuite, le marché était à blâmer. Pas de chance pour les retraités.

Si le système par répartition de l’état conduit déjà à de faibles pensions et à un niveau de vie insuffisant, il faut réfléchir à la manière d’améliorer le système existant et aux moyens de le financer, au lieu de le compléter largement par un système capitalisé afin d’améliorer la pension légale. Il est du devoir de l’état de veiller à ce que les personnes âgées puissent bénéficier d’une retraite insouciante, au lieu de les remettre aux caprices du marché financier et à la cupidité des fraudeurs, qui y errent en abondance.

La stratégie consistant à orienter l’argent des salariés vers l’assurance privée va dans deux directions: premièrement, le démantèlement de l’assurance pension légale financée par le prélèvement. Après tout, qui souscrirait une assurance privée si l’assurance pension légale, dans laquelle vous êtes obligatoirement assuré, était suffisante pour une retraite confortable? Et deuxièmement, la création et la publicité des assurances complémentaires privées.

BlackRock est dans le bateau depuis le début

Et Macron, le Banquier d’investissement, a les bons partenaires à portée de main pour cela: BlackRock d’abord et avant tout. Sur les plus de 6 000 milliards d’euros investis par le gestionnaire D’actifs BlackRock sur les marchés financiers pour ses clients, environ les deux tiers proviennent de Fonds de pension du monde entier. BlackRock est également un actionnaire important de presque toutes les grandes sociétés dans le monde entier. En France aussi, la société de Larry Fink est un actionnaire majeur dans presque toutes les grandes entreprises, avec de l’argent emprunté partout, le capital de BlackRock est en elle, Airbus, Renault, L’Oréal, Total, Paribas, AXA, etc. Mais l’argent des épargnants français est généralement toujours sur les livres d’épargne et BlackRock veut obtenir cet argent.

Macron, qui veut promouvoir les privatisations en France, a rencontré Larry Fink à plusieurs reprises. Les deux se connaissent probablement déjà depuis son passage chez Rothschild. Les mesures de privatisation de la France sont dirigées par la banque en faveur des investisseurs étrangers. Macron doit également une grande partie de sa victoire électorale au monde de la Finance et à l’aide de spéculateurs internationaux. Selon Mediapart, Macron " a réussi à financer sa campagne […], de recueillir près de 13 millions d’euros de dons en un temps record. Loin de que de En Marche! cultivé l’Image d’une campagne aussi spontanée qu’il était populaire, un puissant réseau de banquiers d’investissement discrètement ouvert son carnet d’adresses pour le nouveau président.“L’argent aussi est venu de Londres. C’est le pouvoir de l’argent qui se trouve derrière Macron.

Le 6 juin 2017, trois semaines après L’entrée en fonction de Macron, le PDG de BlackRock, Larry Fink, a été reçu à L’Elysée et à Matignon, le siège du Premier ministre. Trois semaines plus tard, le 28 juin 2017, Bruno Le Maire a rencontré Larry Fink lors d’une visite à New York pour une “rencontre bilatérale” et un “dîner D’Attraction”. Le ministre de l’economie s’était rendu aux Etats-Unis pour convaincre Wall Street d’investir en France.

En septembre 2017, Macron a nommé Jean-Paul Delevoye, ancien membre de l’UMP conservatrice et ami du Président de BlackRock France, qui sera mentionné ci-dessous, Haut-Commissaire à la réforme des retraites. Delevoye a occupé plusieurs postes dans le gouvernement du Président Chirac (UMP). Il devrait maintenant élaborer le Plan de réforme des retraites. Delevoye a rencontré le fonds BlackRock le 3 mars 2018, tout comme tous les “acteurs dans le domaine des pensions et de l’épargne retraite qui en ont fait la demande”, a déclaré son cabinet à CheckNews.

Le 17 octobre 2017, Le Premier ministre Philippe a chargé une commission de l’action publique 2022 d’une trentaine d’experts de travailler à une réforme de l’Etat. Il compte parmi ses membres Jean-François Cirelli. Cirelli, comme Delevoye, ancien employé et conseiller du Président Chirac, appelle les hedge funds à avoir accès à l’assurance retraite. Cirelli et Delevoye, sont bien connus depuis l’époque de leur travail pour Chirac. Maintenant, ils ont travaillé ensemble à nouveau sur un projet, cette fois pour Macron.

Le 25 octobre 2017, Moins de cinq mois après sa prise de fonction, Macron a reçu en grande pompe pendant une journée entière " la crème de la Finance mondiale, représentée par Larry Fink de BlackRock, le plus grand investisseur au monde, et par 21 autres gestionnaires de fonds”. Ils se sont rencontrés à L’Elysée dans la salle Murat, où le Conseil des ministres se réunit habituellement, selon Le Canard enchaîné une première, cet honneur n’a jamais été donné à une entreprise privée auparavant. Cinq ministres, dont le premier ministre Philippe et le Ministre des Finances Bruno Lemaire, ont assisté à la réunion.

Le 22 octobre 2017, Lemaire a annoncé la rédaction d’une loi visant à donner aux entreprises les moyens dont elles ont besoin pour “créer, transformer, grandir et créer des emplois”. Le 22 mai 2019, la loi Pacte est entrée en vigueur. La plupart des mesures entrées en vigueur le 1er janvier 2020.

Une section discrète a également été incluse dans cette loi, qui vise à permettre “une meilleure accessibilité de l’épargne-retraite”. Trois domaines de réforme touchent le marché de l’épargne et le secteur de l’assurance: l’épargne pour la vieillesse, l’épargne pour les salariés et l’assurance-vie.

Le marché des retraites est homogénéisé en s’ouvrant à la concurrence, en harmonisant la fiscalité des produits et en assouplissant le cadre juridique. Depuis le 1er octobre 2019, il existe le PER (plan départ retraite), qui prévoit un régime de retraite privé uniforme avec 100% de déductibilité fiscale. Les contrats déjà conclus peuvent être convertis en la nouvelle pension privée. Riester et Rürup envoient leurs salutations.

Les dispositions relatives au PER contenues dans la Loi sur le Pacte peuvent être considérées comme une préparation à l’application de la Loi sur la réforme des retraites. Le secteur privé des pensions prévoit un chiffre d’affaires supplémentaire de 100 milliards d’euros au cours des 4 prochaines années.

BlackRock se réjouit également, car la loi PACTE a permis d’intégrer un certain nombre de mesures qui favorisent le développement des produits de retraite vendus par BlackRock en particulier. La loi Pacte est un bon plan pour retraite, BlackRock écrit sur son site web. Il est regrettable que les Français préfèrent mettre leur argent sur le livret d’épargne ou investir dans l’assurance-vie au lieu de l’assurance retraite privée. Ce marché est assez extensible et la loi du Pacte va dans la bonne direction. Afin d’obtenir les gens vers le fonds de pension, ils proposent, comme prévu, une réduction des cotisations Sociales patronales. Des mesures sont proposées pour renforcer la confiance des Françaises dans le nouveau marché et faciliter la conclusion de nouveaux contrats. En outre, une inscription obligatoire des employés dans les nouvelles compagnies d’assurance ainsi qu’une consultation de pension obligatoire pour tous les 5 ans est proposée.

Toutes les consultations préliminaires ont donc lieu. Le gouvernement Macron veut faire adopter le projet de loi sur la réforme des retraites par le Parlement le 22 janvier, malgré toutes les grèves et les protestations.

Impact sur l’assurance pension légale

En plus de l’assurance pension de base obligatoire, il existe également des polices d’assurance complémentaire obligatoires, dans lesquelles les employeurs et les employés paient. Tous ces différents systèmes doivent être convertis en un seul système. Il y a une première limite de cotisation d’environ. 3 200 € pour l’assurance pension de base. En outre, pour chaque revenu du premier Euro, des cotisations seront également versées aux compagnies d’assurance complémentaires, mais au-delà de cette première limite de mesure des cotisations de 3 200€, des cotisations pour les salariés comprises entre ce montant et une limite de revenu d’env. 10 000 € ne seront versés qu’aux compagnies d’assurance complémentaires.

Pour les cadres (frz. l’escouade “cadres”) applique une limite de cotisation d’environ 27 000 €. Cette limite doit maintenant être abaissée uniformément pour tous à 10 000 €. Quel est l’impact de ceci?

Eh bien, les cadres déjà à la retraite garderont leurs paiements de pension. Mais maintenant, moins d’argent vient des cadres qui travaillent encore. La différence ne sera compensée que lorsque le dernier cadre retraité en vertu du système actuel sera décédé. On estime que les fonds de pension manqueront entre 4 et 5 milliards d’euros par an, soit environ 72 milliards d’euros d’ici 2040.

Impact sur les assureurs privés: bien que les cadres aient maintenant plus net qu’avant, mais plus tard une pension plus petite, beaucoup vont probablement conclure des contrats de retraite privés comme un substitut. Un double coup pour les banques et les compagnies d’assurance, car les salaires supérieurs à 10 000 € y sont payés et non chez le coiffeur au coin de la rue. La part de l’employeur de 10 000 € sera alors éliminée pour vous. Cela représente un don de 2,7 milliards d’euros par an ou 43 milliards d’euros (60% de 73 milliards d’euros) aux principaux employeurs d’ici 2040.

En plus de tous les autres points controversés, les déficits des fonds de pension vont donc augmenter plutôt que diminuer. Les assurés sont censés payer pour cela en ayant à travailler deux ans de plus.

Deux scandales au bord

Le 16 décembre, Delevoye a dû démissionner. Delevoye avait “oublié” de faire rapport à dix mandats à la “Haute Autorité pour la transparence de la vie publique”, qu’il occupait à temps partiel. En particulier, un mandat avec Ifpass, l’établissement d’enseignement des compagnies d’assurance, était incompatible avec sa participation au gouvernement et son activité professionnelle en tant que lobbyiste des compagnies d’assurance. Delevoye a également collecté 5 300 € par mois pour cette activité. Selon la Constitution, toutefois, un membre du gouvernement n’est pas autorisé à poursuivre un travail à temps partiel.. Le parquet est déjà enquête après une plainte pénale par les autorités.

Beaucoup de Françaises trouvent également particulièrement désagréable que Macron, de tous, ait promu Cirelli, le PDG de BlackRock, de " Chevalier “à” officier " de la Légion d’honneur au milieu des grèves contre la réforme des retraites. La Légion d’honneur a été créée par Napoléon, qui, après la Révolution, a converti les prix monarchistes en ordres Républicains, en 1802. La Légion d’honneur est un ordre du mérite français qui récompense le mérite militaire et Civil, les excellents talents et les grandes vertus.

“Conférer la Légion d’honneur à Cirelli est une provocation”, a déclaré le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, sur Twitter. Il montre le lien étroit entre Macron et le monde financier.“Pour Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste,” BlackRock est tout simplement le côté obscur de la réforme des retraites."