Logo
Cover

Le message, ou la propagande

Dans une déclaration sur l’accord d’un nouveau cessez-le-feu dans la province syrienne D’Idlib, les plus grands messages allemands en format emballé à nouveau beaucoup de récit, qui sont appropriés pour jeter avec la saleté sur le gouvernement syrien et russe. Une montagne de distorsions, d’omissions et mensonges est sorti inévitablement. Passons par cet exemple de propagande impeccable, phrase par phrase.”

Le rapport Tagesschau examiné commence par le titre “[le cessez-le-feu à Idlib entre en vigueur](https://www.tagesschau.de/ausland/syrien-waffenruhe-hilfen-101.html “Waffenruhe und Hilfen in Syrien)”, et le radiodiffuseur aurait dû le laisser à cela, parce que cette Information n’est pas colorée par la prise d’opinion – après tout, dans le titre, ce qui peut déjà être considéré comme un progrès. Mais cela change immédiatement.

Selon les données du Kremlin, un cessez-le-feu négocié par la Russie et la Turquie est entré en vigueur dans la province syrienne d’Idlib. Pendant ce temps, L’aide des Nations unies aux victimes de la guerre civile menace de prendre fin en raison d’une impasse politique.

L’histoire de féerie commence dans le deuxième mouvement. Il est vrai que l’aide des nations UNIES, menace de s’arrêter. Mais c’est seulement parce que les acteurs puissants de l’ONU eux-mêmes le veulent! La forme passive est intelligemment choisie dans le message, ce qui évite d’énumérer qui menace de quitter. Totalement indépendant des projets de résolution qui seront discutés ci-dessous, ainsi que des votes qui ont été effectués sur eux, il est toujours et à tout moment possible pour l’ONU de fournir une aide à la Syrie et aussi de l’amener dans le pays.

Comment mensongère est la constante arracher des victimes en Syrie a été discuté à plusieurs reprises ici. Compte tenu des sanctions économiques brutales et de la guerre secrète toujours en cours contre le pays, il est difficile de supporter le cynisme lorsque L’ARD Tagesschau attire à plusieurs reprises l’empathie de ses téléspectateurs et lecteurs aux victimes, tout en maintenant le conte de fées du dictateur maléfique. Plus précisément: en raison de ses rapports, l’ARD Journal est clairement du côté des auteurs. C’est pourquoi le cynisme est ce que votre équipe éditoriale lance à L’égard de la Syrie.

Nous sommes toujours au teaser des nouvelles de Tagesschau et pouvons rapidement voir à quel point le radiodiffuseur se sent engagé à servir un récit mensonger. Quiconque n’est pas en poudre avec un sac de base peut être conscient que cette guerre là-bas en Syrie n’est en aucun cas une guerre civile. Pour ce faire, il ne nécessite que la connaissance de deux faits: L’armée participants à cette guerre, d’une part, et les partisans de l’autre côté. Une fois qu’il a compris cela, il comprend rapidement que le mythe du soulèvement populaire en Syrie ne correspond pas vraiment non plus.

Le texte lui même commence par:

Selon Moscou, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans le fief rebelle syrien D’Idlib.

Puisque c’est soi-disant une guerre civile, les chasseurs à Idlib peut bien sur être des rebelles. ainsi, l’histoire est construite sur le mensonge de l’insurrection populaire. Donc, mettez une mauvaise hypothèse de base dans l’espace et construisez des constructions logiques dessus. La chose instructive est que les constructions sont pleines de contradictions. Par conséquent, quelques questions supplémentaires suffisent à exposer ce mensonge aussi bien:

Quels buts les “rebelles” en Syrie poursuivre, quelles idéologies portent-ils en eux? Quelle est la “société civile” que vous construisez? Où les combattants viennent, qui les paie, qui les prépare et fournit pour eux – la population Syrienne, par exemple?

Un paragraphe plus loin, les événements actuels sont correctement tissés dans la construction de base “soulèvement populaire-guerre civile-rebelles”. Le paragraphe se lit comme suit:

La province D’Idlib, au nord-ouest de la guerre civile, est le dernier bastion rebelle en Syrie. Face à l’avance par les troupes du gouvernement, d’innombrables personnes fuient là. Selon les Nations unies, plus de 280 000 personnes ont fui les frappes aériennes et les escarmouches rien qu’en décembre.

En passant, c’est une information fausse du début à la fin et vous ne savez pas par où commencer avec la dissolution. Commençons par “d’innombrables personnes en fuite”. Cela n’a pas sa place dans un message, c’est une déclaration générale qui est utilisée pour exagérer la désinformation. Oui, et nous ne vivrons jamais pour voir le jour où le Tagesschau éclaire exactement quelles sont les sources derrière lui quand il proclame “l’information des Nations unies”.

La répétition est la mère de la propagande et c’est précisément l’avertissement répété aux téléspectateurs et aux lecteurs que c’est un pays de guerre civile avec le dernier bastion rebelle qui les séduit pour “correctement” classer la phrase suivante.“Émotionnellement, nous prenons cette façon: avec l’avance des troupes gouvernementales-après tout, pas “les troupes D’Assad”, félicitations pour L’apprentissage en petits pas, Ard amour-éditeurs – échapper aux centaines de milliers. Des troupes gouvernementales maléfiques, n’est-ce pas?

Il est incontestable que la population civile fuit des zones où des combats sont en cours ou menaçants. Seulement ce n’est pas vrai dans le cas des événements en cours. Les mercenaires islamistes dans le Sud-Est de la province D’Idlib ne peuvent plus utiliser de boucliers humains, car les habitants locaux ont depuis longtemps quitté la région. Cela rend la situation des “rebelles” extrêmement difficile et il est assez significatif de voir comment le grand concert hurlant est chanté dans les principaux médias chaque fois que les disciples de la Charia ont des ennuis.

Le paragraphe considéré doit offrir un Minimum d’informations et un maximum de messages émotionnels. Nous pouvons douter que les consommateurs normaux D’Otto en prennent conscience.

Je suis heureux d’admettre à la rédaction de Tagesschau qu’elle essaie de se sortir du corset de l’auto-tromperie. C’est une évolution, désespérément lent processus:

Idlib et certaines parties des provinces adjacentes de Hama, Alep et Lattaquié sont contrôlées par l’ancienne branche D’Al-Qaïda HTS et d’autres milices islamistes.

À l’exception du “premier”, C’est tout à fait vrai, même Al-Qaïda est mentionné! Il y a seulement quelques années, on m’a accusé de mentir pour cette mention, maintenant elle est enfin arrivée dans nos médias publics. Je tiens à souligner que! Mais je me demande si les éditeurs ne remarquent pas que cela entre complètement en collision avec les “rebelles” et la “guerre civile” dont ils sont enveloppés plus haut. Bien sûr, il se peut aussi que vous travailliez avec des modules de texte “éprouvés”. Parce que nous savons: le temps est de l’argent. Les rapports doivent sortir rapidement. Une révision critique du rapport est une perte de temps.

Allons plus loin dans le Texte:

Le dirigeant syrien Bachar al-Assad est déterminé à ramener la région sous son contrôle. Un cessez-le-feu avait déjà été convenu à Idlib en septembre 2018 sur la médiation de la Turquie et de la Russie, mais en avril dernier, les forces gouvernementales y ont lancé une nouvelle Offensive.

Le lecteur expérimenté se rend immédiatement compte qu’ici est encore une fois un peu personnalisé et diabolisé. L’image sinistre du “souverain syrien”, qui a été correctement cimentée dans le public pendant des années de toute façon, est maintenant confirmée. Après tout, le dirigeant – si avide de pouvoir en soi-veut ramener la région sous son contrôle. Remarque: à son contrôle, tout simplement parce qu’il est mal et avide de pouvoir, après tout. Un non-sens complet, mais il n’y a pas de filtre dans notre cerveau pour un non-sens, si nos émotions sont la cible.

Si dans notre pays environ 30 000 extrémistes islamistes, armés et équipés par des puissances étrangères – disons-occuperaient le nord du Brandebourg et introduiraient immédiatement la Charia, alors quoi? Merkel ne serait jamais déterminée à ramener la région sous son contrôle. Bien sûr, il peut aussi être ri.

Mais ce que L’ARD-Tagesschau a en réserve est en principe sans rapport avec les nouvelles réelles, à savoir qu’un cessez-le-feu à Idlib a été convenu. D’autre part, il se réchauffe un message ancien, qui est bien adapté pour jeter un peu de terre sur la Syrie et ses alliés. Il commence inoffensif:

Pendant ce temps, une mission D’aide de l’ONU pour des millions de personnes dans le besoin en Syrie menace de prendre fin. Le mandat, qui garantit depuis six ans un accès transfrontalier aux victimes de la guerre dans ce conflit dévastateur, s’achève vendredi soir. Jusqu’à présent, le Conseil de Sécurité n’a pas été en mesure de s’entendre sur une prolongation.

Que contient exactement ce mandat, devrait être la question résultante du lecteur intéressé. D’après ce qu’il lit ci-dessus, il a l’impression qu’il n’y a plus d’aide pour le peuple syrien au-delà des frontières du pays. Ce n’est pas écrit un à un, mais est transmis comme un message. Et je veux dire, il y a une intention derrière ça. L’ARD Tagesschau nous explique-t-elle un peu plus précisément de quoi il s’agit?

“La perte de la frontière (résolution) rendrait beaucoup plus difficile pour l’ONU et nos partenaires humanitaires d’atteindre des millions de Syriens ayant besoin d’un accès à une aide vitale”, a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général António Guterres, à New York

Barbouillé! Au lieu d’une information plus approfondie qui explique les détails et le contexte du mandat, nous apprenons de Stéphane Dujarric que tout ne fera qu’empirer. Seulement, parce que le mandat n’a pas été renouvelé. Ce Stéphane Dujarric mérite un hommage particulier. Après tout, le français, qui vit aux États-Unis depuis 40 ans, est un propagandiste devant le Seigneur, un belligérant partisan dans la guerre en Syrie. Cela ne change pas en travaillant avec le " bon " UNO. Laissons Dujarric avoir son mot à dire:

“Selon les Nations Unies, la situation Syrienne d’Alep est extrêmement préoccupante face à l’intensification des combats. Des bombardements aériens aléatoires dans la partie orientale de la ville ont tué et blessé de nombreux civils et déplacé des milliers de personnes, a déclaré lundi le porte-parole de L’ONU, Stéphane Dujarric. Dans L’est D’Alep, 275 000 personnes vivaient dans des” conditions épouvantables " et avaient besoin d’un soutien urgent, les travailleurs humanitaires n’ayant pas pu entrer dans la région depuis juillet.”

Eh bien, c’était en l’année 2016. L’ancien et actuel porte-parole de l’ONU n’a parlé ni alors ni aujourd’hui, dans l’intérêt des Nations unies. Non, il doit représenter certains intérêts français à l’ONU, qui sont aussi des valeurs occidentales dans leur intégralité, et donc les positions sont similaires. 2016 était sur les méchants de la valeur Ouest à Alep et un bon trois ans plus tard, il est sur ces guerriers Proxy à Idlib. Cela est maintenant arrivé d’une certaine manière à L’ARD Tagesschau. Mais aujourd’hui, un Dujarric n’est pas du tout intéressé par la façon dont les gens d’Alep vont. Tout comme on ne s’inquiète pas des livraisons d’aide pour Alep. Ils peuvent y arriver à tout moment-si elle est réellement voulu.

La même chose a été vécue par l’observateur attentif lorsque l’air pour la population civile dans la Ghouta orientale, y compris les milices islamistes qui terrorisent Douma, est devenu de plus en plus mince à partir de février 2018. Là aussi, le français feint l’anxiété de retarder la défaite des djihadistes, un jeu sans cesse répété et affronté.

Après que le destinataire a été émotionnellement à l’écoute, le Tagesschau approche encore avec quelques arrière-plans, bien sûr parsemé avec les déclencheurs pour l’identification “correcte” en noir et blanc:

Le contexte du différend est une résolution adoptée en 2014 qui permet aux Nations unies de transférer d’importantes Fournitures d’aide à travers quatre points de passage frontaliers vers des parties du pays qui ne sont pas contrôlées par Bachar al-Assad. Selon les Nations unies, trois millions de personnes dépendent des biens. Selon des diplomates, La Russie, en tant qu’alliée D’Assad, a refusé d’étendre la résolution dans les mêmes conditions.

Le corrosif, dévaluation systématique du dirigeant Syrien est encore mentionnée en caractères gras. Mais qu’en est-il des quatre postes frontaliers? Qu’est-ce qui empêche les rédacteurs et les journalistes de L’ARD de nous en informer?

Il vous suffit de lire vous-même les deux projets de résolution. D’une part, il est l’un présenté par l’Allemagne, entre autres:

Les deux résolutions ont été votées à la même séance du Conseil de sécurité et il est clair, bien entendu, que tous les participants étaient au courant du contenu des deux projets.

Les deux projets, en principe et en superordination, soulignent d’emblée que les signataires continueront d’œuvrer de manière cohérente pour la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie, en s’engageant à respecter les buts et principes de la Charte des Nations unies.

Lisez le dessin Germano-Belgo-Koweïtien sur (a1) et vous supplierez mutatis mutandis: “les pauvres du peuple, nous devons sauver les pauvres”! Ceci est argumenté avec le nombre de réfugiés dans les millions, mais sans mentionner le contexte dans lequel les victimes ont fui où et pourquoi. Les chiffres et l’image d’horreur abstraite d’une catastrophe sans précédent suffisent à justifier un “further as before”. Nous l’avons tous vécu à plusieurs reprises avec la Syrie. Nous pensons à Homs, à L’est D’Alep, à la Ghouta orientale et à Suwejia.

Pourquoi n’y a-t-il pas de projet signé par L’Allemagne appelant à la levée de toutes les sanctions contre la Syrie? Parce que ces sanctions affectent réellement et durement"les pauvres”. Les sanctions sont la principale cause de la situation économique catastrophique et sociale compliquée et ce n’est qu’à travers elles que l’aide de l’ONU est nécessaire. Eh bien, ce qui n’est pas clairement indiqué, c’est qu’il ne s’agit en fait que de livraisons D’aide de L’ONU pour Idlib. Idlib est située dans le nord-ouest de la Syrie, vers la frontière turque, et il y a deux points de passage de l’ONU à ces fins-plus à ce sujet.

Ou, que diriez-vous d’un projet qui criminalise le soutien des mercenaires islamistes? Ou un projet qui dénonce le commerce illégal des ressources syriennes, comme le vol de son pétrole? Non, on peut attendre un long moment. Mais dans la province extrémiste d’Idlib, où la charia est actuellement contraignante (!), larmes de crocodile en mouvement triple pour “les pauvres” - et toujours juste au moment où la Chance est augmentée que le cauchemar de ce règne prend fin.

Ce qui est différent avec le projet russe de résolution?

Il justifie le fait que le maintien du régime frontalier séparé pour les quatre points de passage utilisés jusqu’à présent – comme le projet prévu par L’Allemagne – viole la souveraineté de la Syrie.

Le projet russe nous informe que le passage D’Al-Ramtha, situé à la frontière avec la Jordanie, n’est plus couvert par les résolutions de la résolution 2165 du Conseil de sécurité de l’ONU. Il souligne également que la Syrie a repris le contrôle et la souveraineté sur de vastes zones de ses lignes frontalières dans le sud-ouest et le nord-est.

Donc, un journaliste qui tient quelque chose sur lui-même devrait peut-être jeter un oeil à L’ONU résolution du Conseil de sécurité 2165, ne pensez-vous pas? Je l’ai fait et trouvé ces questions importantes:

Cette résolution 2165 a justifié ses décisions – en termes simples-par le fait que les parties belligérantes en Syrie n’étaient pas ou ne voulaient pas assurer l’approvisionnement de secours à la population. Elle exige une puissance” supérieure " et la conviction que l’ONU peut jouer un rôle non partisan, engagé uniquement envers les nécessiteux. Par ailleurs, c’est quelque chose qu’ils n’avaient jamais été capable de le faire – si c’est dans le contexte d’un conflit politique – depuis leur création. Mais sur cette base, en 2014, l’Organisation mondiale s’est autorisée à prendre le contrôle du régime frontalier de certains points de passage Syriens, à travers lesquels les fournitures devaient maintenant atteindre la Syrie. Ce sont ceux de Bab Al-Salam, Bab al-Hawa, Al Yarubiyah et Al-Ramtha.

L’autorisation comprend droits particuliers qui en fait de violer la souveraineté de l’état concerné. Dissimulant le fait que les mêmes états qui ont présenté cette résolution n’avaient fait que s’assurer que la souveraineté de la Syrie était toujours plus endommagée, l’ONU, agissant comme un serviteur, a créé un prétexte pour faire avancer le démantèlement de la Syrie. À ce stade, il convient de rappeler une fois de plus la campagne médiatique carrément vicieuse de 2016, dans laquelle la Syrie a été insinuée avec des revendications sans fondement d’assiéger des villes et des villages pour affamer leurs habitants. Sur la base de ces calomnies, il a été soutenu que les autorités Syriennes devraient être privés de tout contrôle des frontières et la circulation imposées par leur état. Vous savez: à cause des “pauvres gens”.

The Russian draft specifically referred to Al-Ramtha (also Ar-Ramtha), the Jordanian-Syrian border crossing, and stressed that since 2018 Syria has restored complete territorial and administrative control in this Region. There is no reason to cede sovereignty rights for the border crossing there. But that is exactly what the draft co-signed by Germany demands in point 6: Syria should “return"sovereignty over Al-Ramtha to the UN.

Qu’est ce qu’il en est: le projet de résolution présenté par l’Allemagne, entre autres, a demandé une nouvelle violation de la souveraineté de la syrie et couvert, avec la demande que cela était nécessaire parce que sinon, aucune aide ne pourrait atteindre les personnes dans le besoin. C’est injuste, car le gouvernement syrien a toujours coopéré de manière constructive avec toutes les organisations de l’ONU depuis le début.

C’est la différence frappante entre les deux projets: La Russie remplit le premier point, que nous trouvons dans les deux textes, de vie. Le projet allemand ne cache donc qu’une intention qui n’a pas l’aide comme contenu.

Par conséquent, le projet russe propose de poursuivre les résolutions pertinentes des paragraphes 2 et 3 de la Résolution 2165, mais d’exclure des passages à la frontière d’Al Yarubiyah et Al-Ramtha. C’est précisément parce que, pour eux, la situation telle qu’elle s’est présentée en 2014 n’existe plus depuis 2018 (Al-Ramtha) ou 2019 (Al Yarubiyah) (a3).

Il aurait été la chose la plus normale au monde si les membres du Conseil de sécurité de l’ONU avaient accepté la proposition russe. Mais le monde n’est pas normal. Elle et donc aussi l’Organisation mondiale est malheureusement dominée et exploitée par des intérêts très égoïstes.

Nous pouvons maintenant réfléchir à l’endroit où se trouve le problème pour les États occidentaux dans le cas concret. Qu’y a-t-il de si mal à ce que les gardes-frontières Syriens dans les transports d’aide de l’ONU vérifient s’ils contiennent vraiment ce qu’ils disent? Tu te fais une rime.

La nuit dernière, cependant, il a été décidé d’étendre le programme d’aide des Nations unies au Conseil de sécurité des Nations unies. Mais même ce fait est falsifié par L’ARD-Tagesschau et opère ainsi propagande. En cela, elle tourne complètement selon elle, respectivement le nécessaire gustus un:

L’accord sur le compromis élaboré par l’Allemagne et la Belgique a été atteint à la dernière minute. Sinon, le programme aurait expiré à minuit. En décembre, La Russie et la Chine avaient seulement voté contre la prolongation.

Non, c’est faux! La Russie et la Chine avaient voté contre une extension, de sorte qu’il est mis en œuvre en vertu des exigences, comme proposé par L’Allemagne, La Belgique et le Koweït dans votre conception. La Russie a clairement plaidé dans sa propre proposition pour la continuation, mais précisément dans le respect de la souveraineté Syrienne. Ce que l’Allemagne a cosigné n’est tout simplement pas le compromis. Dans L’article de Tagesschau, il y a aussi la vérité, mais nous, en tant que lecteurs, devons bien sûr connaître le contexte pour pouvoir classer cela – d’où le présent article dans le Blog. Maintenant, nous savons aussi qui luttait pour quoi et ce qui a finalement été appliqué. Comparez les deux propositions, il est finalement la conception russe!

L’approvisionnement d’environ quatre millions de Syriens se complique sous la pression de Moscou. La Russie n’a accepté la résolution initiale que dans une Version allégée: selon elle, l’approvisionnement en nourriture, en eau potable et en médicaments ne peut à l’avenir avoir lieu que par deux points de passage de la frontière turque en Syrie

Bien sûr, rien ne devient plus compliqué, mais vous ne pouvez pas vous retenir un peu. En ce qui concerne le régime frontalier syrien, l’aide peut également atteindre la Syrie par n’importe quelle autre route, y compris Idlib.

Même le passage suivant sort avec la vérité, mais veut nous faire croire, tiré à travers la poitrine dans les yeux, que quelque chose a été aggravé ici par la Russie:

Jusqu’à présent, l’ONU a été autorisée à livrer des fournitures essentielles à travers quatre points de passage de la frontière vers des parties du pays qui ne sont pas contrôlées par le dirigeant syrien Assad. Sur l’insistance de la Russie, les mesures ne s’appliqueront que pour six mois supplémentaires.

Ceci est clairement tendancieux et soutient le Spin qu’il ne faut pas faire confiance à la” règle”. Bien sûr, Otto consommateur normal ne sait pas que la réglementation d’une prolongation de six mois du mandat depuis 2014 a été si valable et est maintenant manipulé en croyant que “seulement pour six mois supplémentaires” serait une réglementation pire. Ici pour les éditeurs de L’ARD-Tagesschau pour écrire le point 5 de la résolution 2165:

En outre, la commission décide que les dispositions des paragraphes 2 et 3 de la présente résolution à appliquer expireront 180 jours après l’adoption de la présente résolution et feront l’objet d’un nouvel examen par le Conseil de sécurité.

Non, c’est exactement le même règlement. Auriez-vous pu, chers lecteurs, classer judicieusement cette dernière nouvelle de L’ARD-Tagesschau?

C’est le devoir et l’obligation damnés d’un radiodiffuseur public de présenter des informations de base à ses téléspectateurs et lecteurs. Mais là, il échoue définitivement et pourquoi? Parce que lui aussi est motivé par des intérêts et non par les valeurs qu’il tient tant.