Logo
Cover

Le camp de travail

L’UE était déjà constituée en société en 1993 et le nombre de chômeurs avait augmenté. Bien que l’Union n’ait pas de compétence réglementaire en matière de politique sociale, une évolution similaire a été observée dans de nombreux pays au cours des années: au lieu de prendre l’État responsable du nombre suffisant d’emplois, de la répartition des emplois, la répartition du travail forcé par la réduction du temps de travail ou même la construction de nouveaux domaines d’emploi a été, comme si de nulle part, un changement de dogme dans de nombreux pays.

Europe dictatorship

L’introduction brutale de Hartz IV en 2004 a été la plus évidente. Le schéma directeur de la politique a été fourni par la stratégie de l’OCDE pour l’emploi de 1996.] “, promue par la présidence danoise en 1997 sous le slogan “activation”.

Les hypothèses ou croyances de base suivantes sont derrière elle:

– Le travail salarié est le meilleur remède contre la pauvreté.

L’ancienne” politique active de l’emploi " des années 80 est devenue la “Politique d’activation du marché du travail”.":

– La raison du chômage n’est plus le manque d’emplois, mais plutôt le fait que les opportunités du marché libre ne sont pas exploitées.

– Au lieu de la politique, chaque individu est responsable de son propre destin en tant que participant au marché.

Ce qui n’est pas remis en question, mais qui est presque aggravé, c’est que “l’intégration” n’est possible que par l’emploi rémunéré, que les chômeurs ne sont pas des acteurs politiques indépendants et, bien sûr, que le système économique et social capitaliste est compatible avec la pression de la croissance ne doit pas être remis en question. En guise de compensation, un “travail décent” est promis.

work dictatorship

Ce qui est plus ou moins évident depuis lors, du moins dans les États membres de l’UE:

serrer le régime de sanctions,

– la détérioration des critères raisonnables des emplois", travail précaire devient raisonnable,

Pour éviter les alternatives, les domaines de l ‘“état social” sont plus étroitement liés:

– détérioration de la pension de retraite, l’augmentation de l’âge de la retraite,

Les droits de l’homme fondamentaux, y compris les droits de l’homme collectifs, deviennent des devoirs individuels:

work dictatorship

– “Tout homme naît égal en droits et en dignité et a donc le droit de choisir librement le bon travail” devient “l’homme acquiert sa dignité seulement par le travail. À tout prix travailler est un devoir civique”.

– La présomption d’innocence devient la présomption de culpabilité: le chômeur lui-même est à blâmer pour le chômage, orientation déficitaire (“obstacles au placement” = attribution individuelle de la dette).

Le manque de compétences réglementaires de l’UE sera compensé par la coordination de la méthode ouverte en 2000 dans le cadre de la stratégie de Lisbonne. Les agences, les conférences, les enquêtes et les rapports qui font l’objet d’éloges ou de réprimandes de la part des états de l’UE sont de plus en plus cancéreux. Dans le" semestre européen", L’UE appelle à des taux d’emploi plus élevés, en particulier pour les groupes non marchands tels que les femmes, les personnes âgées, les personnes ayant des problèmes de santé et les migrants.

En dehors des États membres de l’UE, La coûteuse “activation” pose moins de problèmes. En 2016, la Commission européenne a lancé une “Consultation publique sur les Services pour les chômeurs de longue durée”. Uniquement en anglais.

De plus en plus de gens sont sur le marché du travail au nom de la croissance économique et la lutte contre la pauvreté. Dans la mesure du possible, tous les domaines de la vie, en particulier les “improductifs”, se transforment en emplois précaires et mal rémunérés. Le travail subventionné au détriment des assurés et des contribuables est jeté dans les entreprises à bon marché comme de la poussière.

Toutes les parties prenantes (partenaires) sont impliquées dans le réseau lucratif prometteur de l’activation de la politique du marché du travail et ont des groupes de pression à Bruxelles. Tous? Sauf pour les personnes concernées elles-mêmes; les chômeurs. Les initiatives de lutte contre le chômage ne reçoivent pas de ressources pour la mise en réseau à l’échelle de l’UE.

Les obstacles au financement des projets sont trop élevés. A cet effet, L’EAPN (European Anti-Poverty Network) présente une feuille de vigne du secteur social une fois par an à Bruxelles, où les hommes politiques peuvent écouter des armes phares sélectionnées. Tous loin de, le Parlement européen contrôle.

La responsabilité politique disparaît dans le réseau institutionnel des groupes de pression. Même “l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne” ne devrait pas examiner de manière critique l’état des “droits sociaux de l’homme” de l’UE sous la forme d’études et de rapports.

Comment merveilleux. Le social est ce qui reste, si à tous …