Logo
Cover

L'Allemagne se bat pour les droits civiques à Hong Kong

C’était l’heure sacrée d’ARD : « Les « Tagesthemen », une branche du « Tagesschau », a donné une belle et longue interview au militant hongkongais des droits civiques Joshua Wong Chi-fung. Quelques heures plus tôt, le comité de rédaction avait déjà travaillé sur ces nouvelles et rendu compte des « paroles claires » de la chancelière que Mme Merkel avait trouvées pour les militants de Hong Kong lors de sa visite en Chine.

Hong Kongs King Wong

Oui, lorsque la femme de tête et les principaux médias publics présents, alors le reste des médias doit fournir son écho: de SPIEGEL à DIE WELT, l’hebdomadaire DIE ZEIT au site de la ville de Paderborn: tout le monde a trouvé la démocratie en Chine tout à fait inadéquate et le Lord Wong est vraiment bon. Voilà à quoi ressemble la diversité des médias en Allemagne. N’est-ce pas une ingérence dans un état que vous dites toujours aux autres ?

It is a recognizable pattern

Le mal a toujours lieu ailleurs. De préférence chez les étrangers qui se sentent comme des concurrents ou qui ont besoin d’urgence d’acheter de nouvelles armes coûteuses. Car aussi mauvais que soit le Russe, par exemple, il pourrait nous attaquer à tout moment. Il y a aussi de bons reportages sur la terrible répression de cette opposition aux despotes, dont les troupes américaines ou de l’OTAN ont ensuite pris soin à l’occasion.

Mais il s’agit aussi du sentiment agréable des consommateurs allemands des médias: ailleurs, il est déjà mauvais, comment il est bon qu’il est beaucoup mieux avec nous. Depuis un an, la même coalition est au gouvernement depuis la fin de la guerre. Pendant longtemps, gentrifiédans dans les «bons endroits» des villes allemandes, les loyers sont augmentés et augmentés .. jusqu’à ce qu’il croque. Parfois, il ya un frein de loyer, puis à nouveau sur un plafond sur les loyers. Y a-t-il eu une entrevue au mieux avec un activiste pour l’expropriation de grandes sociétés de logement? Oh où. Apparemment, la Grande Coalition dort de cette façon.

Qu’en est-il de l’adoption de l’accord de coalition qui a établi le resserrement des lignes directrices pour les exportations d’armes? Il y a un réveil lumineux à la chancellerie : il ne vient pas à la table du gouvernement. Il y avait la jeune et intelligente Clara Tempel, qui a dû aller en prison pendant une semaine parce qu’elle avait bloqué une piste de l’armée de l’air à la base d’armes nucléaires de B’chel en septembre 2016.

La perception du droit public? Null. Mais dans un coin média privé, le “Hildesheimer Allgemeine Zeitung” (HAZ), il y avait quelque chose de court et indolore. La HAZ appartient en quelque sorte au groupe de médias Madsack, et elle appartient aussi un peu au SPD. Mais le SPD a, bien sûr, depuis longtemps été privatisé par Gerhard Schroeder.

Là où en privé il est dit, bien sûr, beaucoup d’argent est gagné.

La veuve de l’éditeur Axel Springer est à l’avant-garde des médias. Elle compte 4,8 milliards d’euros en 2019 et un empire mixte de presse-émetteur. En deuxième et troisième place sont également deux femmes: femme d’affaires Yvonne Bauer et sa famille, propriétaire de Bauer Media Group (par exemple Bravo), avec 3,5 milliards d’euros et la famille autour de Liz Mohn avec 3,35 milliards d’euros, actionnaire du monstre médiatique Bertelsmann ( RTL, Gruner et Année).

Les revenus des radiodiffuseurs publics provenant de la publicité et du parrainage sont également générés d’une manière hautement privée. Pour ARD, ce chiffre d’euros s’est adpassé à 43,9 millions d’euros, tandis que ZDF a généré 293,6 millions d’euros. Bien sûr, les agences de publicité placent leurs spots TV dans le contexte de cotes d’écoute élevées. Ils sont souvent réalisés avec des émissions sportives ou d’autres émissions simples. De cette façon, l’économie a un impact direct sur le programme.

Medien in Deutschland

Ce n’est, bien sûr, rien contre les recettes de 7,858 milliards d’euros provenant du recouvrement de la contribution à la radiodiffusion. La confiscation par la loi est assurée par les politiciens qui, d’une part, aiment squatter dans les conseils de radiodiffusion, les organes de surveillance, et d’autre part, sont souvent connectés à l’économie par un réseau de dons de partis ouverts et de lobbying officieux. C’est ainsi que fonctionne l’influence indirecte.

Que reste-t-il aux militants pour la démocratie en Allemagne ?

Qu’est-ce qui est bien pour eux s’ils veulent être perçus dans le pays? Ils devraient déplacer leurs activités à l’étranger. Plus loin, plus tôt leurs objectifs seront probablement reflétés dans les médias allemands et soutenus par les politiciens allemands. Les 21 adversaires de Stuttgart n’auraient-ils pas dû mieux se défaire à Shanghai ? Le blocus d’une piste à l’aéroport de Kaliningrad-Chrabrowo aurait certainement une forte réaction du public en Allemagne. Quelqu’un aurait dû donner un pourboire à Clara Tempel à temps.

Cependant, les protestations contre la poursuite de l’expansion du Transrapid à Shanghai ne sont pas recommandées: le gouvernement fédéral et l’entrepreneur Thyssenkrupp AG ont été impliqués dans la voie magnétique expresse. Les protestations réelles contre la route du Transrapid en Chine alors à peine eu un écho en Allemagne.